Le coup d’éponge bancaire, ou l’art de la dissimulation

Des banques furtives : c’est ainsi, à l’image des engins volants du même nom qui coûtent les yeux de la tête, que l’on devrait appeler les banques américaines, tant elles passent leur temps à se déguiser en modèle de probité pour dissimuler leur côté sombre. Des Dark Vador bancaires (*), ce n’est pas ce qui manque, vu l’immensité de leur empire d’escrocs. Et quand l’une tombe, le gouvernement américain vient à sa rescousse, ce qui est plutôt surprenant dans ce temple du libéralisme, pour donner un large coup d’éponge sur ses méfaits. Ce qui vient de se passer pour JP Morgan n’est que l’épiphénomène d’une pratique fort courante, dont il convient de rappeler quelques exemples, et surtout un, qui démontre à quel point banques et mafias diverses sont liés. Aux Etats-Unis, on ne gère pas des comptes ; on blanchit, et à tour de bras !

darth-vader_bank-4cc17Il est vrai que l’on a atteint un record en ce 20 novembre ; lorsqu’on a appris la nouvelle comme quoi JPMorgan Chase devrait payer 13 milliards de dollars -9,6 milliards d’euros- à l’Etat US en échange de l’abandon des poursuites contre elle. Aux states, on le sait, tout se termine par un (gros) chèque (ailleurs aussi, comme avec Rupert Murdoch quand il divorce  !). Amende record, donc, et aussitôt les médias de faire bien sûr des comparaisons, en rappelant l’une des plus importantes selon eux : « jamais une entreprise américaine n’a dû payer aussi cher des agissements malhonnêtes. Même BP n’avait pas versé autant dans l’affaire de l’explosion de la plateforme Deepwater Horizon en 2010 (4, 5 milliards de dollars). En acceptant hier de payer la somme collossale de 13 milliards de dollars la banque JP Morgan Chase espère néanmoins tourner la page sur une période sombre de l’histoire de la finance, » écrit le Figaro, en oubliant un autre paiement effectué à la sauvette… et très souvent ignoré depuis, car beaucoup moins glorieux à expliquer sans aucun doute… les banquiers ayant l’art de dissimuler les dossiers qui les embarrassent, en suisse comme aux USA. Parler de l’amende pour la plateforme de pétrole, ça évite en effet de parler… de la coke. Car une autre banque avait déjà payé une amende record, en 2008, et cette banque américaine s’appelait Wachovia. Et son problème, à elle, c’etait bien la cocaïne… et non la destruction de l’environnement !

cessna_mauritanie-2-d9fe4Bakchich nous l’avait en effet rappelé de façon très claire : « Le 17 mars (2008) en effet, Wachovia Bank, l’un des leaders américains de la profession (qui a fusionné avec Wells Fargo en avril, ceci expliquant peut être cela) a accepté sans protester, de casquer 110 millions de dollars gagnés malhonnêtement, majorés d’une amende spécifique de 50 millions de dollars. Un montant supposé représenter une partie du produit du trafic de drogue blanchi grâce aux services bancaires qu’elle a imprudemment prodigués à une palanquée de bureaux de change mexicains, les fameuses «  casas de cambio » (CDC). L’amende, en réalité semblait surtout disproportionnée, au regard des sommes colossales ayant servi à masquer les revenus de la drogue, précisait le journal. « C’est vrai qu’ils ont fait fort chez Wachovia ; l’accord « amiable » évoqué plus haut fait état de sommes qui défient l’entendement : du 1er mai 2004 au 31 mai 2007, ce sont près de 373 milliards de dollars qui ont été virés par les Casas de Cambio sur les comptes ouverts à leurs noms chez Wachovia, sans parler des 4 milliards de dollars que les Mexicains ont déposés en espèces au guichet des agences de la banque. Une partie non négligeable des dites sommes a été utilisée pour acheter des avions (nota ; à gauche celui saisi en Mauritanie) à Nouadhibou le 2 mai 2007) dans lesquels ont été ultérieurement saisies plus de 20 tonnes de cocaïne… » 378, 5 millards de fonds illicites !!! « C’est la plus grande violation de la Bank Secrecy Act, une loi anti-blanchiment d’argent, aux États-Unis histoire – une somme égale à un tiers du le produit intérieur brut courant du Mexique… » avait dit le spécialiste Mike Shedlock. Un autre record, comme les vingt tonnes de coke transportées !!!

Source & suite: http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-coup-d-eponge-bancaire-ou-l-art-144003

Publicités

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s