La crise financière française de 1789-1799 de Andrew Dickson White

La crise financiere française de 1789-1799 Andrew Dickson WhiteLa véritable histoire de la Révolution française de 1789 est avant tout une histoire financière, celle d’une crise sans précédent lancée par un État ruiné par l’effort de guerre en Amérique et surtout par les planches à billets ( Assignats et Mandats) des révolutionnaires.

Andrew Dickson White, diplomate américain, a signé ici un livre extraordinaire car il raconte comment les révolutionnaires se sont lancés dans l’usage intense de la planches à billets et comment ils se sont heurtés au bon sens des Français qui se sont précipités sur les pièces d’or et d’argent lorsque les Assignats ont commencé à perdre de leur valeur et que le prix du pain a commencé à s’envoler. Ce fut un Weimar avant l’heure.

Ce livre est unique car il vous montre aussi que les révolutionnaires ont perdu tout crédit avec l’usage abusif des planches d’Assignats puis de Mandats Nationaux. Cela a entraîné la France vers l’abîme, sauvée in extremis par un jeune artilleur qui finira par prendre le pouvoir.

Ce n’est qu’avec la suppression des planches à billets et la restauration du standard or par Napoléon que la France a retrouvé son équilibre économique. Furieusement contemporain, ce livre raconte aussi notre crise financière actuelle puisque les États -Unis, l’Angle terre et le Japon inondent le monde, en ce moment même, de leurs planches à billets sans valeur.

Critique du site CONTREPOINTS:

« Et toujours cette idée, très en vogue encore à l’heure actuelle, que c’est l’inflation qui nous sortira d’affaire… (ce que les ménages, eux, ressentent bientôt autrement…).

Andrew Dickson White cite une phrase énoncée par Daniel Webster, qui demeure très juste et d’actualité, selon laquelle : De tous les artifices mis en place pour duper les classes laborieuses, aucun n’a été plus efficace que celui qui les trompe avec la monnaie papier.

Puis ce furent les confiscations des grandes propriétés de propriétaires terriens (qui fuirent le pays), servant de garantie aux nouvelles émissions (cela nous rappellera cette idée, très en vogue encore aujourd’hui, consistant à « prendre l’argent là où il se trouve »).

Une dangereuse fuite en avant » Lire ici.


Voir aussi, en relation et sur notre autre blog L’Amer Dessous des Cartes :


Publicités

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s