Plainte pénale contre l’APLOMB : ça va saigner !

Le Crédit Mutuel du Nord porte une plainte pénale contre ma personne.

Par Gérad Faure-kapper le mercredi 2 septembre 2015

« J’ai été contacté par la Brigade de Répression de la Délinquance contre la Personne

Dans le cadre de la Commission Rogatoire n° 2850/1512 délivrée le 10 juillet 2015 par Madame xxx, Juge d’Instruction du Tribunal de Grande Instance de PARIS (75),
pour des faits de: “Diffamation publique envers un particulier« , Articles 23 alinéa 1, 29 alinéa 1 et 32 alinéa 1 de la loi du 29 juillet 1881.

Une plainte pénale a été déposée contre moi par la Fédération du Crédit Mutuel Nord Europe. Les Présidents se sont portés partie civile.

Ce n’est pas une surprise pour moi, j’avais été prévenu par une organisation syndicale.

Je vais enfin avoir cette grande bataille décisive. Nous allons quitter les petites embuscades dans les bosquets pour avoir une grande bataille rangée en plaine. Ce sera enfin la minute de vérité, car ce n’est plus une juridiction civile qui va juger, mais pénale.

Ce qu’elle va juger, ce sont les articles en cause, mais surtout le fond de l’affaire. Lorsque je calcule le coût d’un découvert, j’additionne les montants qui ont été facturés pour que ce découvert soit accordé. Le coût, c’est ce que la chose vous a coûté. C’est simple, même un employé de banque peut le comprendre.

Dans l’affaire en cause, j’ai compté 28.000€ de frais pour un électricien. En conséquence, il a dû fermer son entreprise et licencié 7 personnes.

Ah oui, mais ça, il ne faut pas le dire, ça doit rester secret. Les exécutions capitales publiques sont interdites en France depuis 1939. Alors, quand on exécute un artisan, c’est le silence. Le Crédit Mutuel est contre l’esprit Charlie.

Pourtant j’avais contacté le Président de la Caisse Locale avant de diffuser cette information. Silence.

Alors j’ai écrit 5 articles en 4 mois.

D’où cette plainte pour diffamation. Diffamer, mais qui ai-je diffamé ? Je joint les 5 articles. Je ne cite personne ni aucune fonction. Ah si, je parle de Raiffeisen, mais il est mort en 1888.

J’ai porté atteinte aux valeurs du mutualisme ? Mais n’ai-je jamais porté atteinte aux valeurs du mutualisme, je les ai exalté ces valeurs ! Pourquoi voulez-vous qu’à 62 ans je commence une carrière de détracteur ?

Quant à mon adversaire, ceux que j’aurai en face de moi au tribunal et qui m’accusent, ce sont les Président élus et qui représentent les sociétaires.

Et qui représentent cet électricien ruiné.

Vous voulez un procès public Messieurs les banquiers ? Je suis à votre disposition. Vous voulez me faire taire ? Mais qui peut faire taire Danton ?

L’APLOMB défendra toujours et jusqu’au bout les victimes des banques, notamment les commerçants et artisans.

VOICI LES 5 ARTICLES INCRIMINES. 
Celui qui trouve la moindre trace de « diffamation publique vis-à-vis d’un particulier, a gagné une étude gratuite sur tous ses comptes.
29/09/2014

Le Crédit Mutuel d’Abbeville prend plus de 30.000€ de frais, l’électricien met la clé sous la porte.

Par Gérard Faure-Kapper

J’ai souvent mis l’accent sur le rôle actif des banques dans la fermeture des entreprises et le chômage qui s’en suit.

Non, je ne reproche pas aux banques de refuser des financements ou de ne pas suivre financièrement l’entreprise, ça c’est un autre problème.

Le vrai problème, c’est le taux pratiqué pour les découverts en compte. Le chiffre de 100% est courant.

C’est en pratiquant des taux largement usuraires et en s’enrichissant de manière scandaleuse, immorale et illégale que les Banques exploitent le travail des artisans, commerçants et entrepreneurs.

Les mafias japonaises ou russes font souvent l’objet de reportages. Elles prêtent certes, mais à des taux de l’ordre de 30 à 50%. Ces organisations font penser aux restos du cœur si on les compare au système bancaire français.

Il y a des règles du jeu, il y a des lois et des textes, mais les banques partent du principe qu’une fois ruiné, le client n’aura plus un centime pour prendre un avocat.

Cette affaire se passe à la Caisse de Crédit Mutuel d’Abbeville situé au 6 de la place du pilori, la bien nommée. Nous avons relevé plus de 30.000 € de frais qui alourdissent le coût des découverts. Plus de 30.000€, quel artisan peut tenir ?

Le Crédit Mutuel a, en toute conscience, étranglé cette entreprise. Pourtant son carnet de commande était plein, 7 personnes y travaillaient et aucun contrat de travail n’a survécu à un tel racket. Les banques deviennent le premier fournisseur de Pôle Emploi.

Que faire ? De notre côté nous avons monté un dossier béton. Avant de demander l’arbitrage de la justice, je vais demander à rencontrer le président bénévole de cette Caisse Locale. Certes il n’est pas au courant de cette affaire, mais il sera bon de lui rappeler sa responsabilité civile et pénale. Car bien entendu, le client portera plainte.

En France le problème des banques se limite à une seule chose: le manque d’alternative. « Je rêve d’une banque qui exercerait en respectant les lois… » pour paraphraser l’autre monégasque.

Notre croisade consiste à reconquérir les banques mutualistes en sensibilisant les administrateurs un à un.

1/10/14

L’affaire du Crédit Mutuel d’Abbeville, l’arbre qui cache la forêt.

Par Gérard Faure-Kapper

L’UCAPEI (https://www.facebook.com/Ucapei) et l’APLOMB (www.aplombfrance.fr) travaillent ensemble pour permettre aux commerçants, artisans et entrepreneurs, d’obtenir des banques le remboursement des frais bancaires s’il est constaté une pratique usuraire.

Suite à mon article sur des pratiques usuraires présumées, j’ai été contacté par un syndicaliste du Crédit Mutuel qui souhaitait des précisions sur cette affaire.

Les précisions, les voici: le Crédit Mutuel  d’Abbeville avait un client, une entreprise d’électricité. La banque avait accordé des découverts à ce client, qu’elle lui a fait payer, ce qui est normal.

Ce client est venu me voir à  l’APLOMB en me demandant 2 services:

1°) Combien les découverts lui ont coûté

2°) Quel rapport proportionnel (TEG, taux effectif global) exprime ce coût.

La réponse est tombée:

1°) Vos découverts vous ont coûté 28.495,42€

2°) Le TEG appliqué moyen est de 41,31%

Nul besoin d’être grand clerc pour constater que ce taux est bien au-delà du seuil de l’usure (aux environs de 20%). Nul besoin d’être un ténor du barreau pour constater que le Crédit Mutuel a ainsi commis un délit.

Nul besoin d’aller en pénal. Rien qu’en civil, le client obtiendra le remboursement de ladite somme.

D’autres exemples ? Allons-y.

Un buraliste d’Ivry sur Seine m’a demandé la même étude pour ses comptes ouverts à la Banque Populaire Rives de Paris, en son agence d’Ivry.

Les chiffres sont tombés, froids et tranchants comme un couperet de guillotine.

1°) Vos découverts vous ont coûté 206.709,71€

2°) Le TEG appliqué moyen est de 23,27%

Même constat, le seuil de l’usure est dépassé.

De plus, à titre personnel, il est décidé d’aller en pénal. Pour les salariés de la banque c’est mieux, car c’est le président bénévole de la ci-devant banque mutualiste qui va se retrouver en correctionnelle.

Ce qu’il risque ? 45.000€ d’amende et 2 ans ferme.

Comme nous ne souhaitons pas envoyer les gens derrière les barreaux, je pense qu’il devra porter un bracelet électronique. C’est embêtant car d’après ce qu’on dit, ça perturbe grave les communications téléphoniques. Et il parait que si l’on est sur écoute, c’est l’enfer.

Des exemples comme ça, j’en ai plein mon bureau.

Les commerçants, les artisans, les petits entrepreneurs payent une très lourde tribu pour la crise que les banques ont créée. Le public ne se rend pas compte qu’en finale, c’est lui qui paye au travers des factures, ces sommes dantesques.

Que faire ? C’est simple. Monter des dossiers et demander le remboursement. Car si le banquier est devenu usurier, le client qui paye ses factures usuraires devient complice.

Votre devoir de vigilance citoyenne est au contraire de dénoncer à la justice ces pratiques qui nuisent à l’économie, à la relance et à l’expansion. Ces pratiques qui poussent tant d’honnêtes citoyens vers la ruine et la mort.

3/10/14

Affaire du Crédit Mutuel d’Abbeville: lettre ouverte au conseil d’administration.

Monsieur le Président,

Mesdames, Messieurs les Administrateurs

de la Caisse de Crédit Mutuel d’Abbeville.

Si je me permets de vous solliciter, si plusieurs articles ont déjà été largement diffusés, si la presse s’empare du sujet, si une association de commerçants, l’UCAPEI, s’est saisie de cette affaire, c’est qu’elle est grave tant au niveau des faits que des conséquences.

L’affaire est très simple. Un sociétaire de votre Caisse a sollicité l’APLOMB afin de calculer le coût de ses découverts ainsi que le taux inhérent.

Le coût est de 28.495,42€. Ce chiffre brut ne peut que s’apprécier dans son contexte.

Par contre, le taux effectif global ressort à 41,31%. C’est de l’usure.

Mesdames, Messieurs, vous vous êtes engagés pour représenter les Sociétaires adhérents de la Caisse de Crédit Mutuel d’Abbeville. Cet engagement vous honore, d’autant plus que la fonction est bénévole.

Vous donnez de votre temps pour une cause mutualiste. Vous savez comme moi qu’à l’origine, à la fin du XIXème siècle, le Crédit Mutuel a été créé par un homme, Frédéric Guillaume Raiffeisen. Il ne pouvait plus supporter la misère des paysans, misère dont les usuriers profitaient pour s’enrichir honteusement, tout comme les banques d’aujourd’hui.

L’usure, c’est avec la corruption, le chancre de l’économie. D’où la noblesse de la cause que vous défendez et, vous l’aurez compris, de celle que je défends avec l’APLOMB (association pour la légalité des opérations et mouvements bancaires).

Il s’avère que votre Caisse de Crédit Mutuel d’Abbeville est malheureusement devenue usurière. Certes, vous l’ignorez puisque vous n’avez pas à entrer dans le détail des opérations bancaires de la Caisse, mais c’est un fait dont j’ai la preuve, au travers d’une étude précise.

Votre Caisse de Crédit Mutuel est une « entreprise » juridiquement autonome. Vous en êtes les représentants et les responsables tant au niveau civil que pénal. La Fédération, qui met à votre disposition des moyens humains et matériels, n’est pas liée par cette responsabilité.

Le Crédit Mutuel, ainsi que les autres banques mutualistes, ont un rôle important à jouer dans cette crise qui affecte notre économie. Engagez-vous à lutter contre l’usure au travers de cet outil qu’est votre Caisse de Crédit Mutuel, et vous apporterez aux citoyens ce qui manque cruellement: une alternative au système bancaire, l’ennemi sans visage.

Mais je vous en conjure, au nom des centaines de milliers d’administrateurs qui ont donné leur temps pour que cette idée mutualiste traverse les siècles, je vous en conjure, ne devenez pas comme ces banques usurières.

Ce sujet, je le connais dans ses moindres recoins, ayant mené toute ma carrière dans ce mouvement mutualiste. Aussi, je souhaite vivement vous rencontrer, et ce serait un très grand plaisir d’échanger avec vous pour éviter que la Caisse d’Abbeville ne se retrouve dans un procès fleuve dont la médiatisation ne peut être que préjudiciable aux finalités du mouvement mutualiste que nous aimons tous.

Vous pouvez me contacter sur gerard.kapper@gmail.com

Avec mes cordiales salutations mutualistes.

Gérard Faure-Kapper

Président de l’APLOMB

15/10/14

Crédit Mutuel d’Abbeville. L’affaire est sur la place publique, la presse s’en mêle.

Par Gérard Faure-Kapper

La lutte contre les pratiques usuraires. C’est le combat de l’APLOMB.

Nous sommes inspirés par Frédéric-Guillaume Raiffeisen (1818-1888). En voulant arracher les paysans des griffes des usuriers, il a conçu et fondé le modèle mutualiste en ouvrant les première Caisses Mutuelles de Dépôt et de Prêts.

Le système s’est importé en France sous le nom de Crédit Mutuel.

Deux branches se sont détachées mais le combat et l’idéal est resté le même: le Crédit Agricole et la Banque Populaire.

Aujourd’hui, nous sommes très loin de cet idéal. Les financiers-usuriers ont repris le pouvoir dans ces établissements.

Le système mutualiste est devenu ainsi le premier usurier de France, directement responsable de la déchéance et de la ruine de centaines de milliers de commerçants, artisans, entrepreneur et aussi simples particuliers.

Le Crédit mutuel a été victime d’un coup d’état. Seulement, il reste la structure. Les Caisses Locales sont toujours juridiquement des entreprises autonomes.

Ce sont toujours les Présidents bénévoles qui en assurent les responsabilités civiles et pénales.

Ces responsabilités, ils ne peuvent les exercer car ils sont ficelés par les financiers des fédérations qui ont ainsi institutionnalisé les principes de « l’homme de paille ».

« Tu vois papa, le Crédit mutuel appartient à ses sociétaires-clients ».

Dans le principe, la publicité a raison. Mais dans la pratique c’est faux. Ce sont les financiers qui dirigent.

Et ils poussent même le vice et le cynisme jusqu’à utiliser les principes de l’idéal mutualiste pour attirer dans leurs filets de nouveaux clients.

Je suis fréquemment interrogé sur le principe de créer une nouvelle banque mutualiste.

Ce n’est pas la peine, cette banque existe. Il suffit simplement de chasser les marchands du temple.

C’est notre grand combat. L’enjeu est énorme, plus de 50 milliards d’euros reversés dans l’économie chaque année. C’est le redressement de la France.

Quel dommage que les hommes politiques se soient délibérément rangé du côté de « l’ennemi sans visage ».

Abbeville, Giens, et les autres. Comme à Koufra, je fais le serment de déposer les armes le jour où le drapeau du mutualisme vrai flottera sur Strasbourg.

Et plus exactement, 34 rue du Wacken.

2/12/14

Crédit Mutuel, les caves se rebiffent !
Par Gérard Faure-Kapper

« – Dis donc, c’est quoi cette histoire de quitus non donné, je n’y comprends rien…


– Je t’explique papa, au Crédit Mutuel, la banque appartient à ses sociétaires qui ont un droit de regard sur la gestion. Ils se réunissent chaque année en Assemblée Générale et donnent, ou non, le quitus au Conseil d’Administration.


– C’est quoi le quitus ?


– Les sociétaires sont satisfaits de la gestion de leur Caisse de Crédit Mutuel et délivrent le Conseil d’Administration de sa responsabilité.


– Et alors, pourquoi ne leur avez-vous pas donné ce quitus ? Vous n’êtes pas satisfaits ?


– Non, car il y a des plaintes déposées pour délit d’usure présumé. Le Conseil d’Administration doit répondre devant la juridiction pénale.


– Mais, ils n’y sont pour rien, c’est la Fédération qui est responsable.


– Eh non, eh non, justement, c’est le Conseil d’Administration qui a toute la responsabilité pénale, c’est son président qui risque d’aller en prison.


-Et la Fédération ?


-Blancs comme le vautour qui vient de naître. Ils dirigent réellement, mais le Président est un homme de paille.


– C’est dégueulasse ce système, alors que faut-il faire ?


– Les sociétaires refusent de donner le quitus au Conseil d’Administration lors de l’Assemblée Générale. Le fonctionnement de la Caisse de Crédit Mutuel est alors bloqué, et la BDF fait une descente.


– Homme de pailles ? La BDF, c’est quoi ? Botte de Foin ?


– Papa, tu le fais exprès BDF, Banque de France.


– Et c’est quoi ce délit d’usure présumé ?


– Le Crédit Mutuel a prélevé des commissions d’intervention sur le compte de sociétaires pour rémunérer des acceptations de découvert. Le Crédit Mutuel a omis de les compter dans le taux effectif global. Quand les calculs ont été refaits, on s’est rendu compte que le TEG était de 82% et non 12% annoncé.


– Et que risque le Président ? 


– Entre autre, 2 ans de taule.


– Alors, ne pas voter le quitus protège les bénévoles ?


– Oui papa, et pour les prochaines assemblées générales, c’est un devoir mutualiste pour chacun de ne pas voter le quitus. »

Source : http://antibanque.blogspot.co.uk/2015/09/le-credit-mutuel-du-nord-porte-une.html

Publicités

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s