Extraordinaire réponse d’un employé de banque pourri jusqu’à la moelle et qui en est fier

« Il s’agit de la réponse à un article que j’ai fait paraitre sur AGORA VOX. C’est la réponse d’un petit employé de banque de bas étage, ivre de son pouvoir sur la population, et qui va tarifier par plaisir. Il se vante de « jouer au con » en envoyant une lettre par jour. Et quand il en a marre, de clôturer le compte.

C’est cette race d’employé que je rêve de voir disparaître.

Voici le lien:
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/comment-refuser-les-frais-qui-vous-194684#forum4947997

Voici le texte de cet employé suivi de ma réponse.
Loatse 3 juillet 12:23

Monsieur,

Vous avez un compte chez nous, et donc une gestion de votre compte à effectuer afin que, si quelque difficulté se présente, vous puissiez prendre les devants, vous organiser (prêt d’un ami, d’un parent, découvert autorisé exceptionnel (ponctuel donc) et ainsi ; vous et nous épargner ce genre de situation conflictuelle.

Bien entendu, vous pouvons et pouvions vous envoyer un courrier/facture vous priant de régler les frais inhérents au rejet de votre prélèvement.

frais que vous exigez de régler à votre convenance (au plus tôt à réception de ce courrier ? chiche ?) 

Nous pouvions.

Nous pouvons également voir en vous un procédurier et un casse couilles qui ne sait pas ou ne veux pas gérer son compte en utilisant les outils à sa portée..et préfère mettre tout le monde dans l’embarras (votre fournisseur qu’il soit privé ou public, votre banque et vous même)

Nous pouvons et c’est tentant, cloturer votre compte ou opter pour la réponse du berger à la bergère soit augmenter, en fonction des tarifs en vigueur pour les découverts non autorisés, ces frais de fonctionnement adapté au cas particulier dupont dont la devise semble être : j’honorerai ces frais dont j’aurai pu me passer quand je veux et si je veux)

 les éventuels courriers de relance (1 par jour tant qu’ à jouer au con…), l’édition de factures (et pourquoi pas de devis tant qu’on y est ?), seront facturés en sus des frais de rejet dudit prélèvement auquel se rajouteront les intérêts liés finalement au crédit sans frais que nous demandez( puisque vous exigez de différer le paiement de ces frais), Tout ceci a un coût que nous répercuterons donc sur la somme dûe..

Casse couille et incohérent vous êtes.

Je ne vous salue pas monsieur

Signé : la banque Toutavou- Méfopapousset..

Voici ma réponse

Loatse.

Je vous remercie pour votre réponse.

Pour info, je ne suis pas un client mécontent et ne suis pas concerné par ces frais. Je suis juste un directeur d’agence à la retraite qui se désespère de voir des employés comme vous, totalement imperméable à toutes notion juridique.

Vous êtes certaienement d’une ancienne génération, ceux qui régnaient dans leur quartier comme des petits barons, ivres du pouvoir que leur conférait leur position et qui leur permettait de compenser une vie pleine d’échec.

Cet employé que vous êtes a l’impression d’accorder une faveur en acceptant de payer une écriture.

De plus, il a le pouvoir de clôturer le compte, d’exiger le remboursement des prêts, de ruiner définitivement la personne. Mais, par grande bonté, il n’utilise pas ce pouvoir. Il le réserve pour plus tard.

Vous reconnaissez « jouer au con » en envoyant un courrier tarifé par jour, pour assommer encore plus votre victime.

Je ne sais pas qui est votre responsable et qui vous a formé, mais je ne le félicite pas. Vu vos propos, je pense que vous êtes à la banque populaire.

Alors, je vais vous dire plusieurs choses.

D’abord, les gens comme vous sont la honte de notre profession. Votre comportement rejaillit négativement sur tous vos collègues. Vous êtes ainsi responsable directement du climat détestable qui s’est instauré entre nous et la clientèle.

Je ne résiste pas à la tentation de vous apporter quelques informations de base.

Quand une écriture se présente sur un compte non approvisionné, il s’agit d’une demande tacite de crédit.

Le chargé de clientèle ne décide pas de payer ou non, il décide d’accorder ou non un découvert. Sinon, comptablement ça n’a pas de sens.

Le découvert ainsi accordé ne s’appelle pas découvert non autorisé, mais découvert non contractualisé.

Il ne s’agit pas d’un incident de paiement. On parlera d’incident de paiement uniquement si vous n’accordez pas de découvert. Et l’incident ne concernera pas la banque, mais le client et son créancier.

Cette situation n’est pas une anomalie de fonctionnement. Demander un crédit à une banque n’est pas une situation anormale.

Le découvert n’est pas un crédit gratuit. Il a un prix. Ce prix se décompose entre les frais propotionnels (les intérêts) et les frais fixes (les commissions d’intervention)

Le TEG n’est pas une boîte magique dans laquelle on inclu ou non des valeurs. C’est l’expression d’un rapport proportionnel entre les montants, la durée et les coûts.

Toutes les réclamations des clients ne reposent pas sur une supplication d’un client qui vient baiser vos pieds pour obtenir une faveur. Ces réclamations se basent sur des constatations techniques ayant une correspondance juridique.

Enfin, une dernière chose. J’ai souvent mis en garde les employés des agences du fait que l’avenir est sombre. Les banques regroupent leurs agences. Il y a des charettes.

Si vous êtes dans ce cas, je vous conseille de falsifier votre CV et de retirer tout lien avec la banque. Mieux vaut dire que vous n’avez rien fait pendant 10 ans que d’avouer votre passé d’employé de banque.

Et n’oubliez pas. Les clients se retournent de plus en plus vers les tribunaux pour régler les litiges. La question des frais renvoie sur des pratiques usuraires.

L’usure est un délit qui se juge en correctionnel.

Croyez vous que vos supérieurs feront une peine de prison à votre place ?

Méditez ça… cher fusible..  »

 

Source : http://antibanque.blogspot.fr/2017/07/extraordinaire-reponse-dun-employe-de.html

Publicités

Vous pouvez refuser les frais qui vous font dépasser votre découvert autorisé (APLOMB)

Ce matin, un adhérent nous a demandé s’il était normal que la banque augmente son découvert avec des frais.

La réponse est non.

Pourtant, toutes les banques le font chaque jour.


Suivez bien mon raisonnement. Quelques minutes d’attention qui vous feront gagner beaucoup d’argent.

Ceci pour les clients, mais aussi pour les juristes, les avocats, les juges et les employés de banque.


Exemple. Vous êtes à zero sur votre compte. Un prélèvement edf de 80 euros se présente. La banque refuse, mais vous prend 20 euros de frais. Votre compte est maintenant débiteur de 20€.

C’est totalement interdit pour la banque d’agir ainsi. Pourquoi ?

Lire la suite

Les comptes du lundi n°2 – L’APLOMB contre une pratique écœurante du Crédit Agricole

Gérard Faure-Kapper propose une petite intervention hebdomadaire pour présenter les affaires dont s’occupe son organisme, l’APLOMB, contre les banques et les huissiers. Cette semaine, une pratique scandaleuse du crédit agricole pour s’approprier la maison d’un de ses clients.

« Les comptes du lundi n°2 »

Usure : Vingt commerçants mayennais voient rouge contre leur banque, l’APLOMB s’en mêle

Des commerçants mayennais estiment que leur banque leur fait payer des frais illégaux. L’un d’eux va assigner sa banque en justice. L’association l’Aplomb monte au front.

En Mayenne, un vent de fronde commence à souffler chez certains commerçants. Une vingtaine d’entre eux, soutenus par l’association pour la légalité des opérations et mouvements bancaires, l’Aplomb (Laval) estime que leur banque – la même pour tous les commerçants – leur fait payer, depuis des années, des frais illégaux : l’usure.

L’un de ces commerçants, le Lavallois, Stéphane Hubert, gérant d’un magasin de café, va assigner sa banque en justice. « J’estime qu’en l’espace de cinq ans, ma banque m’a volé 8 300 € », assure-t-il.

« Toutes les banques pratiquent l’usure », assure Gérard Faure-Kapper, président de l’Aplomb. Des courriers, rédigés par l’avocate en droit bancaire avec laquelle travaille l’Aplomb, ont été envoyés à la banque de ces commerçants.

Interrogée sur le sujet, la banque mise en cause estime que les découverts de ses clients « entraînent une gestion particulière » de leurs comptes, ce qui « impose aux agences bancaires une intervention et une surveillance du compte ».

L’association l’Aplomb et les commerçants de la Mayenne qu’elle soutient ne l’entendent pas du tout de cette oreille…
Source : http://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/laval-53000/usure-vingt-commercants-mayennais-voient-rouge-contre-leur-banque-3997849

« C’EST PARTI, L’OFFENSIVE CONTRE LES BANQUE EST GENERALISEE SUR TOUT LE FRONT.

APRES UNE LONGUE ET MINUTIEUSE PREPARATION, LA JUSTICE, TRES SENSIBILISEE SUR LA QUESTION, DONNERA RAISON AU CLIENT.
PARCE QUE L’APLOMB PRESENTE DES FAITS ET DES PREUVES.
ET LES BANQUES REPONDENT PAR DE VAGUES HYPOTHESES JURIDIQUES.
 
A LAVAL ET EN MAYENNE, PLUS RIEN NE NOUS ARRETERA. »

Frais bancaires ruineux et abusifs : appel de l’APLOMB à l’AFUB pour une unité d’action afin de les éradiquer

Capture« Depuis quelques jours, une information se répand sur les réseaux: les nouveaux frais tarifiés par les banques dès 2016, environ 2.5 € par mois !

L’association AFUB décide de saisir les autorités de la concurrence sur le fait que les banques s’accordent sur cette tarification.

L’article est repris par la presse notamment 20 minutes, Nouvel Obs, Les Echos, M.planet…  Un courrier type est même présenté afin de demander à sa banque l’annulation de ces frais.

A l’APLOMB, cela nous a fait bondir ! Oui bondir.

Pourquoi : Lire la suite