Enquête (officielle) sur « de potentielles restrictions aux paiements importants en espèces »

« La Commission Européenne lance une grande consultation sur l’argent liquide: à quoi servent encore les pièces et les billets ?

Si vous avez 4 minutes à y consacrer, merci de répondre à cette consultation (…). Il est URGENT de peser de tout notre poids sur ce sujet beaucoup bien moins anodin qu’ils ne voudraient vous faire croire. » (…)

(Lire l’article « Ils veulent l’impôt ULTIME…et votre bénédiction ! » publié sur le-vaillant-petit-economiste.com)

Ne nous leurrons pas : là où ils parlent de « potentielles restrictions », il faut comprendre : « Ces ‘restrictions’ arriveront quoiqu’il se passe au nom de la lutte contre ce-que-vous-voulez, et sont des prémisses à la fin TOTALE du cash à moyen-long terme ».

Après avoir répondu à cette mascarade, il est possible de joindre un fichier texte contenant votre message.

Voici par exemple des éléments que nous avons joint personnellement :

  • Cette « enquête » est un total scandale qui masque difficilement le besoin vital du système bancaire d’arrêter (-in fine- TOTALEMENT) l’argent liquide. Et de nous vendre ça comme une « lutte contre le terrorisme »… une raison fallacieuse totalement inutile.
  • Le système bancaire privé, mafieux, n’est qu’un faux monnayage (curieusement) consenti par les résidus d’États-nations (qui n’ont plus rien de souverains). La création ex-nihilo est une aberration (réviser avec Le système bancaire & ses principes de fonctionnement)
  • Ce pouvoir d’émettre la monnaie ne devrait appartenir qu’aux nations souveraines.
  • Cette volonté d’abolir le cash est pour empêcher tout « bankrun«  inévitable puisque les banques N’ONT pas l’équivalent, en coffre, de l’économie des citoyens.
  • C’est un scandale de prétendre vouloir « lutter contre l’évasion fiscale » par ce moyen. L’évasion fiscale des grandes entreprises est gérée PAR LES BANQUES elles-mêmes !
  • Cette démarche est crapuleuse, et ce message ne sera, bien sûr, pas pris en compte. Comme si l’UE se souciait de l’avis des citoyens… On croit rêver ! D’ailleurs, en France nous avions dit NON à l’Union Européenne lors du référendum de 2005

Vous pouvez répondre à l’enquête avant le 31 Mai 2017 :

https://ec.europa.eu/eusurvey/runner/CashPayments?surveylanguage=FR

Comprendre la douille de la fin du cash :

https://susauxbanques.wordpress.com/tag/argent-liquide/

Publicités

Pierre Jovanovic : effondrement économique, fin du cash et plus

Fin de l’argent liquide & questions via d’independenza webtv

« Jeudi 16 février 2017 Independenza webtv s’est entretenu avec Pierre Jovanovic sur la fin d l’argent liquide, questions d’actualité sur le périscope d’independenza webtv : periscope.tv/independenzatv Durée : 92 minutes – Paris (France) »

Pierre Jovanovic : « Vous assistez à l’effondrement économique. »

« Sommaire :

0:05 – A propos de Donald Trump
04:56 – Sur le protectionnisme
08:42 – Sur la dette américaine
12:17 – L’UE essaye-t-elle de supprimer les espèces ?
15:49 – Les experts et le « Brexit »
17:33 – L’Euro est-il condamné ?
20:12 – L’UE contre la souveraineté française ?
21:41 – En 2017, quels candidats pour défendre la souveraineté de la France ?
23:52 – Macron, la candidat des banques ?
25:17 – Macron, la candidat des banques ? (Suite) – Aparté sur les « Fake News »
26:05 – Un effondrement économique est-il possible ?
29:55 – Sur la Bretagne » (Breizh-info.com)

Ça y est: Bruxelles a sorti le texte pour LA SUPPRESSION DU LIQUIDE en 2018

Par Pierre Jovanovic (jovanovic.com) :

« LIVRE 777 EN ACTION : BRUXELLES A SORTI LE TEXTE POUR LA SUPPRESSION DU LIQUIDE EN… 2018 !
Grâce à notre lecteur Alexandre, j’ai été informé en milieu de semaine du texte que Bruxelles a sorti tard le soir (évidemment) afin d’OBLIGER TOUTE L’EUROPE A NE PLUS ACCEPTER L’ARGENT LIQUIDE (POUR 2018).

Vous avez là une partie de mon livre 777 dans lequel je citais le vice-président de VISA: « dans quelques années cela vous coûtera plus cher de payer en liquide que de payer avec votre carte de crédit« .

Eh bien, voilà, on y est, environ 8 ans après la sortie de 777, la suppression totale du liquide est en route pour tous les Européens!

Bien entendu, c’est à cause des terroristes islamiques (qui, pour le coup, ont bon dos)…

bruxelles-cash-2018 

J’ai lu le texte dans les détails, et je peux vous dire que PAS UN EUROPÉEN n’y a participé. Tout a été rédigé par des Américains avec le style juridique TYPIQUE des « american lawyers« . D’ailleurs l’ensemble du texte est à 100% américain, avec même des petites curiosités typiques nationales qui n’ont pas cours en Europe (comme ces gens n’ont jamais habité en Europe, ils ne peuvent pas le savoir).

Bravo la NSA et CIA, vous allez pouvoir contrôler et surveiller chaque citoyen au jour le jour, heure par heure et minute par minute en fonction de ses achats, vu qu’il ne pourra même pas payer un ticket de métro en liquide.

Et comme le précise le texte de saint Jean, en supprimant le compte bancaire lié à la carte Visa d’un citoyen, celui-ci sera « mis à mort socialement« , ne pouvant ni acheter, ni se déplacer ni payer quoi que ce soit.

C’est la mort de toutes nos libertés à laquelle vous assistez chers lecteurs, et une grande tristesse m’envahit en écrivant cette ligne.

C’est un système totalitaire absolu qui se met en place sous couvert de bons sentiments européens bidons, promu par les mêmes qui ont ouvert les frontières pour la grande invasion de barbares avec le masque humanitaire versant une larme.

Votre banquier verra où vous allez, ce que vous achetez chaque jour, quel restaurant, club vous fréquentez, à quel parti politique vous avez adhéré, etc., etc.

Regardez la « Une » ci-dessous du journal américain Veterans qui écrivait voici 6 mois:  » Le travail de la CIA au sein de l’Europe/Bruxelles est si facile, qu’il en est devenu ennuyeux « .

cia-veterans-2016

On veut bien croire Veterans Days. Les agents de la CIA à Bruxelles n’ont plus qu’à tenir la main de la très grande majorité des députés européens pour que l’usage de l’argent liquide soit progressivement interdit à partir de 2018.

Sachant que toutes les banques européennes sont plus ou moins en faillite (ET QU’UNE PARTIE DE LEURS ACTIONNAIRES SONT AMÉRICAINS) le fait d’empêcher 500 millions de citoyens de retirer de l’argent liquide PERMET AUSSI AUX BANQUES DE GARDER TOUTES VOS LIQUIDITÉS.

Je vous propose chers lecteurs de TÉLÉCHARGER LE PDF ICI (attention: il est en anglais uniquement) et de m’envoyer vos observations. Lisez bien chaque paragraphe, et vous verrez à quel point L’UNION EUROPÉENNE n’est que le visage officiel de la CIA et de la NSA au seul service des banques. »

Source : http://www.jovanovic.com/blog.htm

La lente et inexorable disparition du cash, le phénomène alarmant vu de Belgique

« Christine Defraigne, la très dynamique présidente du Sénat, a organisé ce lundi 17 octobre un colloque très intéressant sur le respect de la vie privée des citoyens et la protection de nos données personnelles face aux nouvelles technologies.

"Christine Defraigne, née le 29 avril 1962 à Liège est une femme politique belge de langue française, membre du Mouvement réformateur et présidente du Sénat de Belgique depuis 2014." (Wiki)

« Christine Defraigne, née le 29 avril 1962 à Liège est une femme politique belge de langue française, membre du Mouvement réformateur et présidente du Sénat de Belgique depuis 2014. » (Wiki)

L’occasion d’écouter plusieurs experts de divers horizons et pour ma part, de revenir modestement sur un phénomène silencieux, qui ne fait pas de vague, mais qui s’il se concrétise un jour pourrait s’avérer très dangereux.

Et ce phénomène, c’est la suppression lente et inexorable du cash dans nos sociétés. Exemples : en Belgique, par exemple, tout paiement au-delà de 3000 euros ne peut plus se faire en cash et doit passer par virement bancaire. En France, comme toujours, le gouvernement se montre excessif, et l’interdiction porte sur tout paiement supérieur à 1000 euros, autant dire rien !

Par ailleurs, en Europe, le billet de 500 euros a été supprimé par la banque centrale européenne sous prétexte qu’il sert également de couverture au terrorisme. C’est oublier que les terroristes utilisent aussi nos routes et notre éclairage public, et qu’il n’est pas question pour autant de les supprimer. C’est aussi omettre, que l’un des terroristes de Paris a acheté sa Kalachnikov via un organisme de crédit, et donc sans cash.

La suppression du cash est pourtant à la mode dans les discours politiques et la révolution numérique ne fait rien pour arranger les choses puisque les paiements se font et se feront de plus en plus virtuellement, via notre smartphone.

Sans le cash, les citoyens seront à la merci des gouvernements surendettés qui pourront d’un coup de clavier bloquer ou taxer leur épargne.

 

Lire la suite

la « Société sans numéraire » est devenue le Graal des gouvernements et des banques centrales

la-bete-666« Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom. C’est ici la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête. Car c’est un nombre d’homme, et son nombre est six cent soixante-six. »

le monde de demain - regimbald

Nous avons entendu beaucoup de bavardages au sujet des potentiels politiques des taux d’intérêts négatifs, et tandis que le consensus général sur le marché aux États-Unis est toujours en attente de voir au moins deux hausses des taux par la Réserve fédérale avant la fin de cette année, la situation est complètement différente au Japon et en Europe. La banque centrale japonaise a été la première banque centrale à discuter ouvertement d’un potentiel taux d’intérêt négatif pour tenter de relancer à nouveau  l’économie du pays, mais le grand schéma des choses semble aller beaucoup plus loin que cela.

Lire la suite

Les banquiers planifient en secret une réunion à Londres sur la «fin du cash»

«Nous ferions mieux de garder l’œil bien ouvert pour cette naissance d’une société sans argent liquide qui vient  beaucoup plus rapidement que prévu. Pourquoi la réunion est-elle secrète? Quelque chose ne sent pas bon par ici»

Par Paul Joseph Watson – Le 27 mai 2015 – Source InfoWar

dollar-fire

L’économiste Martin Armstrong affirme qu’il est prévu une réunion secrète sur la fin du cash qui aura lieu à Londres avant la fin du mois impliquant des représentants de la BCE et la Réserve fédérale.

Armstrong, qui est connu pour avoir prédit avec succès en 1987 le crash du lundi noir ainsi que l’effondrement financier de 1998 en Russie, a exprimé avoir été choqué, qu’aucune information n’ait filtré sur cette prochaine conférence.

«Je trouve extrêmement troublant d’être le seul à signaler cette réunion secrète à Londres. Kenneth Rogoff, de l’Université de Harvard, et Willem Buiter, l’économiste en chef chez Citigroup, s’adresseront aux banques centrales pour préconiser l’élimination de toutes les espèces pour permettre la venue du jour où vous ne pourrez plus acheter ou vendre quoi que ce soit, sans l’approbation du gouvernement», écrit Armstrong.

«Quand j’ai googlé la question pour voir qui d’autre l’avait signalé, à ma grande surprise, Armstrong Economist vient en premier. D’autres me citent, jusqu’à la Banque centrale du Nigeria. Je dois encore trouver tous les rapports sur la réunion qui aura lieu à Londres, mais mes sources sont internes.»

Armstrong attire d’abord l’attention sur la réunion prévue plus tôt ce mois-ci quand il a révélé que des représentants de la Réserve fédérale, de la BCE ainsi que des participants provenant des banques centrales suisse et danoise seraient tous présents à une grande conférence à Londres à laquelle Kenneth Rogoff de l’Université de Harvard, et Willem Buiter, l’économiste en chef chez Citigroup, feraient des présentations.

Kenneth Rogoff Harvard University
Kenneth Rogoff, professeur d’économie à l’Université de Harvard.

«Nous ferions mieux de garder l’œil bien ouvert pour cette naissance d’une société sans argent liquide qui vient  beaucoup plus rapidement que prévu. Pourquoi la réunion est-elle secrète? Quelque chose ne sent pas bon par ici», conclut Armstrong.

Les discussions et les avancées vers l’interdiction du cash ont surgi à plusieurs reprises au cours des dernières semaines.

Willem Buiter, dont Armstrong prétend qu’il parlera à cette réunion secrète, a récemment préconisé l’abolition du cash pour «résoudre le problème des banques centrales de la planète avec des taux d’intérêt négatifs».

L’année dernière, Kenneth Rogoff a également appelé à l’abolition de la monnaie physique afin de stopper l’évasion fiscale et l’activité illégale ainsi que pour prévenir les retraits massifs d’argent lorsque les taux d’intérêt seront proches de zéro.

«Une fois que l’argent n’existera plus que sur les comptes en banque, supervisés ou même directement contrôlés par les gouvernements, les autorités seront capables de nous inciter à dépenser plus quand l’économie ralentira, et moins en cas de surchauffe.»

Sur un ton similaire, l’ancien économiste de la Banque d’Angleterre, Jim Leaviss a écrit un article pour le Telegraph de Londres plus tôt ce mois dans lequel il a dit qu’une société sans numéraire ne serait possible qu’en «forçant tout le monde à passer uniquement par voie électronique à partir d’un compte détenu par une banque agissant pour le gouvernement, qui serait surveillée, ou même directement contrôlée par ce gouvernement».

Les grandes banques tant au Royaume-Uni qu’aux États-Unis traitent déjà le retrait ou le dépôt de sommes d’argent modérément grosses comme une activité suspecte. Des rapports ont été publié en mars sur la façon dont le ministère de la Justice ordonne aux employés de banque d’envisager d’appeler les flics quand des clients retirent 5000 dollars ou plus.

Willem Butler Citigroup
Willem Buiter, l’économiste en chef chez Citigroup.

Pendant ce temps, en France, de nouvelles mesures devraient entrer en vigueur en septembre qui vont limiter les citoyens français pour faire des paiements en espèces supérieurs à 1 000 euros. Armstrong suggère que la police financière pourrait appliquer cette nouvelle loi par, «la recherche de personnes transitant en train par la France juste pour voir si elles transportent des espèces, dont ils vont maintenant se saisir».

Comme le note Armstrong, en interdisant le cash afin d’éviscérer le peu de libertés économiques que les gens avaient encore pour éviter la politique désastreuse de la banque centrale keynésienne, n’est rien de moins que du totalitarisme économique.

«Dans l’esprit d’un tyran économique, l’interdiction du cash représente le Saint-Graal, écrit Michael Krieger. Forcer la plèbe à adopter un système de transactions numériques de la monnaie fiduciaire offre un contrôle total via un suivi sans faille de toutes les transactions dans l’économie, et la capacité de bloquer les paiements d’un citoyen impétueux qui oserait sortir de la ligne.»

Via le blog http://www.jovanovic.com/blog.htm

Traduit par Hervé, relu par Diane pour le Saker Francophone

Source : http://lesakerfrancophone.net/les-banquiers-planifient-en-secret-une-reunion-a-londres-sur-la-fin-du-cash/

Le camp de concentration bancaire

mark_of_the_beastLe remplacement progressif de l’argent liquide par la monnaie scripturale aboutira, à terme, à une gestion centralisée des permissions ou des interdictions de posséder, d’agir, de se déplacer… bref, de vivre tout simplement. Valentin Katasonov nous décrit ici la manière dont nous dirigeons pas à pas et inexorablement vers la réalisation d’une prophétie d’il y a 2000 ans, « Révélation de Jean (l’Apocalypse) ». RI

La mort de l’argent

Depuis longtemps on tente de nous prouver que le système monétaire basé sur les signes de trésorerie (billets de banque et des petites pièces de monnaie) est un anachronisme, un signe d’arriération. Que l’argent généralement représente un « terrain fertile » pour toutes sortes de crimes et transgressions. Que toute l’économie «grise» se tient sur l’argent liquide et par conséquence, le budget d’état ne reçoit pas les taxes. C’est grâce à l’argent liquide que la corruption se fait. L’argent liquide est une source de financement du terrorisme et de toutes sortes de groupes criminels. On peut continuer plus loin la liste de ce qu’on peut faire d’illégal et criminel avec argent liquide. Il se révèle aussi que les citoyens respectueux de la loi, possédant l’argent liquide, courent de gros risques: ils peuvent être volés et même tués. Ils sont des victimes potentielles de personnes sans scrupules qui peuvent leur imposer de faux billets de banque. Enfin, on cite un gros inconvénient pour l’état. Selon certaines estimations, le traitement et le stockage de l’argent liquide dans notre pays coûte l’équivalent de 1% du PIB.

En revanche, dans tous les sens sont vantées les vertus des moyens non monétaires: la facilité d’utilisation (cartes plastiques) de titre de paiement pour les courses, pour le paiement des transports, logement et autres services, pour les virements. En outre, il y a la protection contre le vol et la contrefaçon. Sans parler de l’amélioration de la vie de la société en général. L’économie «grise» disparaîtra, les drogues disparaîtront, la corruption mourra, les terroristes disparaîtront, le budget débordera de recettes d’impôts, etc.

À première vue, il semble n’y avoir rien à discuter. Il faut, dès que possible supprimer l’argent liquide, et rattraper le retard. Certaines personnes semblent avoir une attitude dégoûtée envers les billets. Certains notent des taches sales sur le papier, que les utilisateurs précédents ont laissé. D’après le dicton, l’argent n’a pas d’odeur, mais on nous assure que l’argent liquide a une mauvaise odeur. Tandis que la monnaie scripturale, elle est propre et ne sent pas! Dans le sens propre et figuré. Mais là, je ne suis pas d’accord. Si nous convenons que l’argent sent, alors la scripturale d’aujourd’hui pue, de manière si forte et si pénétrante qu’aucun masque ne puisse aider. Malheureusement, la période suffisamment longue d’une «économie de marché» (c’est à dire, le capitalisme), a fait que notre sens de l’odorat s’est si émoussé que nous ne sentons pas l’odeur des diverses ordures, y compris ce qu’on appelle le « banking trash ».

Pourquoi j’ai une attitude aussi inconciliable (intolérante) face à l’argent non-liquide? Pour la simple raison que c’est un moyen de paiement et d’échange illégal. Autrement dit, du faux argent. Et qui est engagé dans la production d’argent non-liquide (également appelé l’argent de dépôt)? Ce sont les banques commerciales, dont nous avons aujourd’hui plus de 800. En Amérique (USA) elles sont près de 7 000. Quelles lois définissent le statut et le règlement de l’argent non-liquide? Aucune. Sa production et sa circulation sont, comme disent les avocats, «hors du cadre légal». Dans notre pays, dans certains cercles [criminels ou de l’ombre], on appelle une telle activité « la vie par compréhension mutuelle ».

Ce que je dis-là n’a rien de sensationnel. Je ne découvre pas l’Amérique ici. Un certain nombre d’auteurs ont longtemps essayé de parvenir auprès  des politiciens, les députés, le ministère public, la Cour constitutionnelle, et même le président russe avec des demandes et des exigences pour rétablir l’ordre dans la sphère de la circulation de l’argent. Arrêter la contrefaçon à grande échelle. Parmi ces auteurs il y a Vladimir Yurovitsky, Moïse Gelman, Eugene Volobuev. Cependant, de nombreux autres auteurs, dont l’auteur de cet article, ont décrit la nature de l’argent de dépôt. Dans mon livre «L’intérêt des prêts, une juridiction insensée» j’ai consacré plus de cinquante pages à ce sujet.

la-bete-666Les usuriers ont longtemps cherché auprès des autorités le droit d’émettre leur propre monnaie contre la monnaie de bon aloi (en métal) recueillie sur les comptes de dépôt, sous la forme de prêts pour des montants excédant le montant emprunté en monnaie métallique, et ils sont parvenus à leur fin. Dans certains manuels d’économie, des auteurs ont même été sollicités pour donner un nom à un tel arrangement des opérations de dépôt et de prêt: « la couverture incomplète (partielle) des obligations » des banques. Certains banquiers disent même ouvertement que les prêts par les banques contemporaines représentent une promesse de délivrer de l’argent qu’elles n’ont pas. Environ 10% des prêts accordés peut être assuré par l’argent à part entière (ou légitime), le reste sont les promesses sous la forme de dépôts ou d’argent non-liquide. La nature frauduleuse du système de «la couverture incomplète ou partielle des obligations» des banques ne se manifeste que pendant les « raids » des épargnants, ou « les attaques sur les banques», lorsque les détenteurs de dépôts exigent le retrait complet de leur argent (légitime). C’est un faux-monnayage explicite à grande échelle.

Ce sujet est scrupuleusement passé sous silence par les médias du monde entier, qui, comme on le sait, sont sous le contrôle des «propriétaires de l’argent». On ne dit rien, ou presque, sur ce sujet dans les universités, même dans les facultés d’économie, même dans le cours «L’argent, le crédit, les banques», cours standard dans les universités russes d’aujourd’hui. Les juristes et les autorités chargées de l’application du droit ne le remarquent pas. Les lois ne disent rien sur ces «quittances non alimentées» dont le nom officiel est «l’argent de dépôt» ou «l’argent scriptural». Ce quasi-argent existe, mais comme s’il n’était pas là. Aujourd’hui les responsables gouvernementaux et les banquiers parlent de la nécessité de l’utilisation plus large du scriptural, mais, on ne sait pour quelque raison, tout le monde oublie complètement que cet argent est illégal. En fait, il est faux. Il se trouve que, aujourd’hui, non seulement certains groupes de la criminalité organisée vivent « par compréhension mutuelle », mais aussi l’ensemble de l’état.

La monnaie légale, «le moyen de paiement légal» ou «legal tender» dans le droit anglo-saxon, représente uniquement les obligations qui sont émises par les banques centrales. C’est l’argent liquide sous la forme de papier-monnaie (billets de banque) de valeurs différentes, avec la protection contre la falsification. Au bon temps jadis les billets des banques centrales étaient assurés, complètement ou en partie, par des matériaux métalliques (standard d’or). Aujourd’hui, ce n’est pas le cas. Ce sont des simples signes de papier (appelés la monnaie fiduciaire). Mais en cela, cet argent est légitime, son statut est fixé par les lois et souvent par les constitutions. Mais l’argent scriptural est l’argent de l’ombre, en fait illégal. C’est justement sur eux que la puissance des banquiers est fondée, ainsi que la capacité des banques de «faire de l’argent à partir de rien». Ils font des profits fabuleux. Tandis que les prêteurs accordent des prêts avec la fausse monnaie, la dette est remboursée entièrement par des actifs réels. La soi-disant «couverture partielle des obligations» des banques est «l’alchimie monétaire» dont les alchimistes médiévaux, qui avaient essayé d’obtenir l’or à partir de fer, ne pouvaient rêver.

Donc, maintenant (depuis déjà 23 ans) nous avons dans notre pays le même faux système monétaire comme l’ensemble du «monde civilisé». La conception de ce système nous a été imposée par « les maîtres de l’argent » pour assurer le vol «efficace» de la Russie. Les banques russes sous l’égide de la Banque centrale de Russie (Banque de Russie) émettent l’argent de dépôt (argent non-liquide) dont la part dans masse monétaire totale (la somme d’argent liquide et non-liquide) est, ces dernières années, de 75-77%. Les banques sortent ensuite les bénéfices obtenus par «l’alchimie monétaire» en dehors de la Russie. Là, tôt ou tard, ces bénéfices aboutissent chez les « maîtres de l’argent » qui sont les principaux actionnaires de la Réserve fédérale des États-Unis.

Je suis obligé de dire cela pour que les citoyens de la Russie comprennent les plans que préparent les autorités monétaires de la Russie (le ministère russe des finances et la Banque de Russie), sur le remplacement de l’argent liquide par l’argent scriptural. Les banquiers et leurs assistants (agents publics) cherchent à élargir les possibilités des institutions de dépôt et crédit pour produire « l’argent à partir du vent ». En plus, le blocage de l’argent au sein du système bancaire réduit pour les clients des risques « raids » modernes des bailleurs de fonds

Il convient de garder à l’esprit que le groupe dirigeant financier, ou les maîtres de l’argent, pense non seulement à l’augmentation des capitaux, mais aussi au pouvoir mondial. Ils mûrissent des plans prévoyant le passage à un certain moment à l’argent 100% scriptural. L’argent liquide qui est aujourd’hui l’unique moyen de paiement légal, à un certain moment sera déclaré illégal. En même temps, l’argent scriptural qui était, et reste, un moyen de paiement illégitime, sera déclaré légitime. Ce sera la finale de la «révolution monétaire permanente» que les usuriers promouvaient pendant des siècles. Cela va créer «le camp de concentration bancaire», et le pouvoir sur le monde passera définitivement à ces usuriers.

L’argent en tant qu’outil pour parvenir au pouvoir mondial ne sera plus nécessaire pour les usuriers. En cela, il sera inutile à tout le monde. Comme on le sait, dans les camps de concentration l’argent est un luxe absolument inutile. La mort de l’argent viendra. Avec, peut-être, la «fin de l’histoire». Mais ce n’est pas la fin de l’histoire dont Francis Fukuyama a écrit il y a un quart de siècle. C’est celle dont la Révélation de Jean (l’Apocalypse) a dit il y a 2000 ans. Je rappelle le fragment bien connu:

«Et il fera que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, recevront une marque sur leur main droite ou sur leur front, et personne ne pourra acheter ni vendre sans avoir la marque, ou le nom de la bête, ou le nombre de son nom».

N’est-ce pas la description du «camp de concentration bancaire»? Premièrement, les gens seront conduits dans le ghetto de l’argent non-liquide. Et puis, au lieu de cartes en plastique (car elles peuvent être perdues ou volées!) on suggérera fortement aux «clients» du « camp de concentration » d’implanter des puces soit sur le front ou sur la main droite.

Les experts disent que, dans certains endroits du « monde civilisé » tout ce qui est prédit dans la Révélation est déjà fait sur des « prisonniers volontaires » du « camp de concentration bancaire ». Puis commence la routine du camp. Si quelqu’un n’agit pas conformément au statut du camp, on le prive d’accès à l’argent scriptural. Autrement dit, on le prive de vie. D’ailleurs, les experts disent qu’il sera possible de surveiller non seulement les actes, mais aussi les pensées. «Le camp de concentration bancaire» est très humanitaire. Là, on ne fusille pas, il n’y a pas de chambres à gaz. Il a une arme bien plus terrible – le système de paiement 100% scriptural. Au demeurant, je pense, ce que nous appelons dans ce cas « argent » (soit l’argent sans numéraire), a une relation très lointaine avec cet « équivalent universel » auquel l’humanité était habituée au cours des derniers siècles. Il s’agissait tout simplement du droit de recevoir sa pitance pour un travail impeccable et un comportement exemplaire.

Revenons au début de notre histoire. Aujourd’hui, on ne nous propose pas un camp de concentration, mais seulement «des cartes en plastique», représentant le confort et la sécurité. Mais c’est précisément le cas des « bonnes intentions dont la route de l’enfer est pavée ». Cependant, je ne suis pas fataliste. L’homme et l’humanité ont la liberté de choix. Et le choix est facile à faire quand vous avez une idée où les chemins de l’histoire mènent. Voilà pourquoi j’ai décidé d’écrire cet article.

Valentin Katasonov
Traduit par Olga pour Réseau International
Source originale : http://regnum.ru/news/economy/1942162.html

Les agences bancaires : bientôt la fin?

En France, selon la Fédération française bancaire, la banque, c’est 370.000 salariés, dont 70% c’est à dire 260.000, travaillent dans ce que l’on appelle le réseau, les agences. Et sur ces 260.000, plus de la moitié (52%) sont des commerciaux (pour le client on les appelle des « conseillers »). Ces 135.200 conseillers sont ceux qui ont pour job de nous convaincre d’acheter les produits bancaires. Le but c’est de faire avaler au client le maximum de « produits »; c’est une forme de « conseil » un peu particulier…Et la vie quotidienne du conseiller n’est pas toujours très drôle (voir ICI un témoignage). Que savent-ils vraiment conseiller?

LaFinDesBanquesPhilippe Herlin, dans son ouvrage « La fin des banques », d’où je tire ces chiffres, trouve que ça fait beaucoup de monde; d’autant que les métiers de management et de support (marketing, ressources humaines, juridique, comptabilité) représentent encore 21% des effectifs, et le traitement des opérations (informatique, traitement des opérations bancaires) 27% des effectifs, soit 70.000 personnes.

Ces réseaux vont-ils durer encore longtemps? Philippe Herlin fait la prévision de la fermeture de la dernière agence bancaire pour…2025.

Lire la suite