Les techniques de racket au programme de la formation bancaire

Copié/collé du site de RTL
http://www.rtl.fr/actu/economie/hausse-des-tarifs-bancaires-le-theoreme-du-timbre-poste-en-action-7780968993


 

racket-ecoleHausse des tarifs bancaires : le « théorème du timbre-poste » en action

REPLAY – REPLAY / ÉDITO – Au moment où l’argent ne leur coûte pas très cher, les banques vont facturer les bons élèves qui n’ont aucun problème. Plus besoin de découvert pour payer des agios !

Il n’y a plus de doute possible : les grandes banques françaises vont toutes nous facturer la tenue de nos comptes courants à partir du 1er janvier prochain. Ce sera quelques euros par mois. Quand on en discute avec quelques patrons de ces établissements, ils vous disent en souriant que c’est moins hypocrite et que l’on payait déjà. Ce n’est pas faux, mais c’est quand même un changement notable. Payer pour un découvert ou une opération de virement vers une banque étrangère, c’est payer pour un accident, un événement exceptionnel ou une sortie de route budgétaire. Et ça continuera d’exister. Mais là, on parle de payer, tous les mois, pour ce qui va bien, pour le non-événement.

De moins en moins de monde dans les agences

Lire la suite

Publicités

Frédéric Lordon : Les banques prennent en otages les biens publics

Intervention de Frédéric Lordon à « Ce soir ou jamais » sur France 3, le 11 octobre 2011. Il revient sur un possible sauvetage des banques, et précise les conditions auxquelles il faudrait qu’il se fasse. Dans l’urgence : nationalisation des banques en faillite, puis communalisation, en mettant en place un système bancaire et de crédit socialisé. (début de son intervention à 4m30)

Lire la suite

Les bourses se vident : la grande débandade ?

Financial+Collapse
Aux Etats-Unis, les mouvements de la bourse sont symbolisés par un taureau (bull) quand ils sont à la hausse, et par un ours (bear) quand ils sont à la baisse. Après avoir été « bullish », c’est-à-dire haussières pendant près de 5 ans, les bourses internationales ont violemment décroché cette semaine, elles sont redevenues « bearish » (baissières).
Cette semaine, Jim Rogers n’a qu’une seule recommandation: « Vendez tout et fichez le camp pour sauver votre peau ». Ce qui signifie qu’il est urgent de se débarrasser de ses portefeuilles d’actions parce qu’il anticipe un krach. Selon Rogers, nous payons enfin les conséquences de la politique monétaire que la Fed a menée au cours des dernières années.

Plus d’infos »
Source: « Crash boursier : un expert sonne l’alarme « Vendez tout et fichez le camp pour sauver votre peau ! » » (Rorschach) Oct 17, 2014 11:24 pm) 

Vendez tout et fichez le camp pour sauver votre peau…

(…) La vision de Rogers est évidemment une opinion subjective, mais il obtient le soutien d’un économiste très fameux pour son pessimisme, mais qui se vante d’avoir averti ses suiveurs de la crise asiatique, et de la crise financière de 2008 : Albert Edwards, le stratège de la Société Générale. Tous deux estiment que le château de cartes de la création de dettes et de l’impression de monnaie est en train de s’écrouler…

Source Source: « Vendez tout et fichez le camp pour sauver votre peau… » (Paul Oct 18, 2014 08:18 pm)
Vu chez http://bestofactus.blogspot.fr

Accord des grandes banques contre un « effondrement du système »

pieuvre-bancaire

12/10/14 http://www.7sur7.be « Les grandes banques du globe se sont mises d’accord samedi pour modifier les règles de fonctionnement du marché de quelque 7.000 milliards de dollars de produits dérivés afin d’éviter que la faillite d’une d’entre elles ne provoque l’effondrement du système financier mondial.

Ces établissements, allant des américains aux asiatiques en passant par des européens, ont accepté d’abandonner le principe du débouclage automatique (« close out ») des contrats si une institution financière se trouve en difficulté, a annoncé dans un communiqué l’ISDA.

L’Association internationale des swaps et dérivés (ISDA) est l’organisme représentant le secteur. C’est elle qui mène les négociations avec les autorités de régulation.

Selon elle, en cas de défaillance d’un grand établissement posant des risques pour le système financier (« Too big to fail ») les banques vont mettre en place un délai pour donner davantage de temps aux régulateurs afin qu’ils trouvent une solution évitant une faillite « désordonnée » aux conséquences potentiellement explosives.

Cette solution contractuelle vise concrètement à suspendre temporairement le débouclage automatique des contrats.

La faillite de Lehman Brothers en septembre 2008 avait donné lieu à un débouclage massif de contrats dérivés avec la banque, ce qui avait provoqué le chaos sur les marchés financiers.

Cet accord sera effectif à partir du 1er janvier 2015, selon le communiqué. Les banques auxquelles il va s’appliquer sont: Bank of America, Bank of Tokyo-Mitsubishi, Barclays, BNP Paribas, Credit Agricole, Credit Suisse, Citigroup, Deutsche Bank, Goldman Sachs, JPMorgan Chase, HSBC, Mizuho Financial Group, Morgan Stanley, Nomura, Royal Bank of Scotland (RBS), Société Générale, UBS, Sumitomo Mitsui et UFJ. »


Les banques DOIVENT s’écrouler; c’est mathématique, prévisible, inéluctable, sauf à tricher et changer les règles .. de toutes façons, la planche à billet ne peut perdurer

Goldman-Sachs-Pieuvre-Vampire-Maguire

Panique dans les banques : un crédit immobilier sur deux serait irrégulier


Vous avez négocié un emprunt pour acheter votre logement ? Peut-être faites-vous partie des 1,4 million de clients dont le taux de crédit a été mal calculé et qui pourraient obtenir des substantielles réparations.

Est-ce le prochain grand scandale immobilier ? [ou bancaire ! ndrl] Alors que le réseau Foncia fait l’objet de la première class action à la française (procédure judiciaire de groupe) pour avoir fait payer des frais abusifs à plus de 318.000 locataires, les réseaux bancaires sont sur les dents. Motif : leurs crédits immobiliers ne seraient pas conformes à la réglementation et lèseraient les emprunteurs.

Selon une étude de la société de conseil les Expertiseurs du Crédit, près de la moitié des crédits accordés aux particuliers pour acheter un logement seraient dans ce cas. En tout, 1,4 million d’emprunteurs seraient concernés, ce qui représenterait un coût potentiel au titre des dédommagements de 84 milliards d’euros pour les banques !

A noter que cette information est relayée dans la sphère dissidente depuis Mai; Faites sauter la banque à l’aide du TEG

Il est grand temps de monter des attaques groupées contres ces gangsters, puisque la possibilité nous est maintenant offerte depuis Septembre 2014 (« class actions » à l’américaine)

Suite sur http://www.capital.fr/immobilier/actualites/panique-dans-les-banques-un-credit-immobilier-sur-deux-serait-irregulier-965452#xtor=RSS-216

Les Econoclastes

Philippe Béchade, Pierre Sabatier, Nicolas Chéron, Olivier Delamarche, Olivier Berruyer, Thomas Veillet, Rodolphe Steffan, Loic Schmid, Stéphane Dubois et THINKERVIEW sont réunis dans un même groupe

L’avant-garde économique, sans langue de bois, réaliste, non-conformiste; la voix de la raison du paysage médiatique; le désenfumage populaire et l’explication claire du jargon économique.

Viva !

http://leseconoclastes.fr

Réalité bancaire camouflée, imposture des journalistes – Interviews d’Hervé de Carmoy par Thinkerview

Dans les semaines à venir, la presse économique va être amenée à parler de nouveaux stress tests des banques. Plutôt que d’ouvrir un énième bal des langues de bois médiatiques sur ce sujet, nous laissons la parole à un ancien membre éminent de la haute finance …

Hervé de Carmoy : 2004 – 2010 : Vice-Président de la Section Européenne et membre du Comité exécutif mondial de la Commission Trilatérale et grand banquier d’envergure internationale

« Où va le monde financier ? (J-M. Rozan & H. de Carmoy) »

Thinkerview: http://www.youtube.com/user/thinkerview

Histoire des banques françaises

(Si censure / droits d’auteur de la vidéo ci-dessous; voir sur http://www.arte.tv)

(Titre original: La drôle d’histoire des banques françaises) (FRANCE, 2012, 87mn) ARTE

Comment, du XVIIIe siècle à nos jours, les banques françaises ont réussi à se soustraire à toutes les règles pour générer le système actuel.

Comment, du XVIIIe siècle à nos jours, les banques françaises ont réussi à se soustraire à toutes les règles pour générer le système actuel. S’appuyant sur des films d’archives et des séquences d’animation, le documentaire raconte l’histoire d’un éternel recommencement et d’un système qui s’emballe.