Les preuves concrètes de manipulation et fraude massive sur le marché de l’argent, fournies par Deutsche Bank

deutsche-bank« En avril, lorsque Deutsche Bank a accepté de régler les accusations de manipulation de l’argent en échange de 38 millions $, nous écrivions que « les anciens membres du cartel de manipulation se tournaient les uns contre les autres« , et que Deutsche Bank fournirait des documents impliquant d’autres manipulateurs de métaux précieux : « En plus de considérations financières importantes, Deutsche Bank a aussi accepté de coopérer avec les plaignants, en leur fournissant des messages instantanés et autres communications électroniques, dans le cadre du règlement. Cette coopération de Deutsche Bank aidera les plaignants à tenter de faire valoir leurs réclamations contre les défendeurs non réglés. »

Nous avons finalement une idée du contenu de ces communications et, selon des documents déposés par les plaignants à la Cour, Deutsche Bank a fourni des preuves flagrantes que UBS Group AG, HSBC Holdings Plc, Bank of Nova Scotia et d’autres sociétés ont manipulé le marché de l’argent. Cette allégation, comme Bloomberg l’a révélé en premier, a été déposée mercredi à une cour fédérale de Manhattan dans le cadre d’une poursuite entamée en 2014 par des particuliers et entités ayant acheté ou vendu des contrats à terme sur l’argent.

Les documents fournis par Deutsche Bank (voir ci-dessous) montrent que les traders coordonnent des transactions avant le « fixing », manipulent le marché spot pour l’argent, conspirent pour établir l’écart (spread) offert aux clients, et utilisent des stratégies illégales pour manipuler les prix.

« Les plaignants peuvent maintenant plaider avec des preuves concrètes, incluant des conversations électroniques secrètes entre des traders et soumissionnaires de plusieurs institutions financières, qu’une vaste conspiration bien coordonnée dure depuis plusieurs années pour manipuler les prix de l’argent, » ont indiqué les plaignants dans leur dépôt au tribunal.

Ces nouvelles preuves sont essentielles car ce système de manipulation « va bien au delà de la conspiration préalablement alléguée. » Par conséquent, les avocats des plaignants ont demandé la permission de déposer une nouvelle plainte contenant les allégations additionnelles, afin d’être en mesure d’exiger des indemnités supplémentaires aux défendeurs non réglés, tout en présentant peut-être des preuves de manipulation en cours. La nouvelle plainte étendrait l’affaire au-delà des quatre banques initialement poursuivies pour y inclure des allégations contre Barclays Plc, BNP Paribas Fortis, HSBC, Standard Chartered Plc et Bank of America Corp.

Les représentants d’UBS, BNP Paribas Fortis, HSBC, Standard Chartered et Scotiabank n’ont pas répondu, pour l’instant, aux demandes d’interviews. Barclays et Bank of America ont refusé tout commentaire.

Bill Murphy (GATA) expose la « manipulation de l’Or » et de l’argent sur CNBC…

Rosa Abrantes-Metz expose les manipulations de l’or et de l’argent

Les documents fournis par Deutsche Bank montrent, entre autres, comment deux traders d’UBS ont communiqué directement avec deux traders de Deutsche Bank et discuté des moyens de manipuler le marché. Les traders ont partagé des informations sur le flux d’ordres des clients, déclenché des ordres stop de clients de manière inappropriée, et ont même fait du spoofing (émettre de faux ordres d’achat ou de vente, puis les retirer soudainement), tout cela en vue de déstabiliser le prix de l’argent avant le « fixing » et de provoquer des ventes ou achats forcés. Cela a aussi entraîné de nombreuses attaques vicieuses sur les métaux précieux, quand des milliards de dollars en contrats à terme émergeaient de nulle part, généralement avec l’intention de vendre, afin de casser tout mouvement à la hausse des métaux précieux.

Selon les plaignants, « UBS était le troisième plus gros teneur sur le marché au comptant de l’argent, et pouvait directement influencer le prix des instruments financiers basés sur l’argent via le gros volume d’argent qu’elle échangeait. Le fait de conspirer avec d’autres gros teneurs de marché, comme Deutsche Bank et HSBC, n’a fait que augmenter la capacité d’UBS à influencer le marché. »

Voici plus bas quelques exemples de chats. Le premier exemple est une conversation entre des traders de Deutsche Bank et de HSBC, dans lequel un trader de HSBC dit « vraiment vouloir vendre de l’argent », ce à quoi l’autre trader répond : « Allons-y et écrasons-le ensemble. » » (…)

 

Suite & Source : http://www.businessbourse.com/2016/12/13/deutsche-bank-fournit-des-preuves-concretes-de-manipulation-et-fraude-massive-sur-le-marche-de-largent/

Publicités

Jim Rogers : «La faillite de la Deutsche Bank va faire s’effondrer le système financier mondial»

deutsche-bankLa raison pour laquelle les Etats-Unis veulent obtenir 14 milliards de dollars de pénalités de la banque allemande ? Ils sont très endettés. Et ils tenteront d’agir ainsi partout où ils le peuvent, selon l’investisseur Jim Rogers.

La Deutsche Bank aurait échoué à parvenir à un accord avec les Etats-Unis. La banque risque de devoir payer une amende de 14 milliards de dollars, par décision du département de la Justice des Etats-Unis et à cause de ventes abusives des titres hypothécaires dans la période ayant précédé la crise financière de 2008.

RT : Tout d’abord, pourquoi les Etats-Unis imposent-ils de telles pénalités ?

Jim Rogers (J. R.) : La raison principale est que les Etats-Unis sont gravement endettés. Ils ont un déficit gigantesque – ils ont désespérément besoin d’argent. Ils essaieront de l’obtenir partout où ils le peuvent. Je ne peux pas imaginer que la Deutsche Bank soit redevable de 14 milliards de dollars, mais je ne suis pas impliqué.

RT : La banque a dit qu’elle ne paierait rien de la somme voulue par les Etats-Unis – comment tout cela va-t-il se régler ?

J. R. : Soit la Deutsche Bank fera faillite, ce qui fera s’effondrer le système financier mondial, soit ils essaieront de parvenir à un compromis sur un chiffre moindre. Si la Deutsche Bank doit payer 14 milliards de dollars… vous devriez être très inquiets quoi qu’il arrive, mais surtout s’ils doivent payer 14 milliards de dollars.

Ça sera la fin si la Deutsche Bank échoue

Lire la suite

La tête du serpent est la Maison des Rothschild

Rothschild-PARAZIT

Saenredam_-_Het_oude_stadhuis_te_AmsterdamRoyal_coat_of_arms_of_the_Netherlands(…) La maison Orange de Hollande (famille royale) (fonda) la Banque d’Amsterdam au début des années 1600, elle devint la toute première banque centrale privée au monde.

Le prince Guillaume d’Orange se maria dans la maison anglaise des Windsor, prenant pour épouse la fille du roi James II, Marie.bank-of-england the_House_of_WindsorL’Ordre de la Confrérie d’Orange, qui a plus récemment fomenté la violence protestante en Irlande du Nord, a mis Guillaume III sur le trône d’Angleterre, d’où il régna sur à la fois la Grande-Bretagne et la Hollande. En 1694, Guillaume III fit équipe avec les Rothschild pour lancer la Banque d’Angleterre.

banque angleterreLa vieille dame de Threadneedle Street comme on appelle la Banque d’Angleterre, est entourée d’un mur de 9 mètres de haut. Trois étages sous la surface, se trouve la plus grosse réserve de lingots d’or du monde. Le plus gros trésor se trouve sous la Banque de la Réserve Fédérale de New York contrôlée par les Rothschild. D’après l’excellent documentaire de Bill Still “The Money Masters”, la plupart de cet or fut confisqué des chambres fortes maintenant vides de Fort Knox comme garantie sur les obligations de la dette américaine aux huit familles de la Réserve Fédérale.

Lire la suite

La mafia bancaire

komrad-usure-banksters(…) « Il convient de porter à l’attention des lecteurs les identités des banques qui constituent une véritable mafia mondiale qui a étendu son pouvoir sur les gouvernements et les citoyens. Il faut également rendre compte de leurs agissements par le menu. Il n’est pas inutile non plus de souligner l’historique et la genèse de ce phénomène relativement récent mais omniprésent dans notre vie présente et future. La pourriture et la décomposition avancée de notre société occidentale, qui en inquiète tant, sont directement liées à l’existence de cette mafia et à ses agissements concertés.

Cette organisation de fait, interconnectée, a réussi à pervertir la démocratie et en a fait un otage de ses intérêts privés. Elle est composée de 28 banques internationales qu’il convient de nommer :

Lire la suite

Les crimes secrets de la Deutsche Bank

Le secret noir de la Deutsche Bank

Extrait de Les crimes secrets de la Deutsche Bank, par Laurent Glauzy

Deutsche-Bank-logoAujourd’hui, la Deutsche Bank se tient informée des perspectives des affaires d’armement ?. Mais, avant d’en arriver à ce résultat, on a dû passer par l’assassinat le 30 novembre 1989, d’Alfredo Herrausen, président de la Deutsche Bank et membre du conseil de direction du groupe illuminati du Bilderberg. Trois semaines auparavant, le 9 novembre était tombé le mur de Berlin et l’Union soviétique allait débuter son retrait d’un empire qu’elle possédait depuis la Seconde Guerre mondiale. Alfredo Herrausen, également conseiller attaché au Chancelier Kohl, défendit un grand projet de renaissance de l’industrie ex-communiste, en Allemagne, en Pologne et en Russie. Il demanda aussi la gestion transparente du monde de la banque, et proposa à Wall Street de participer à l’entreprise. Mais, un attentat à la bombe fit sauter sa Mercedes blindée alors qu’il sortait de sa villa. Al-Qaïda et le Calife n’existant pas, on trouva un bouc émissaire idéal : la RAF (Fraction armée rouge) qui fut inculpée. [Il est à signaler que le journaliste G. Wisnewski, dans Jörg Haider, Unfall, Mord und Attentat observèrent les mêmes dégâts sur la Phaeton qui causa la mort en novembre 2008 du politicien charismatique et nationaliste pro-arabe J. Haider, vantant la politique sociale du IIIe Reich, briguant la chancellerie de Vienne. G. Wisnewski insinue que RAF a bien porté le chapeau des vrais criminels de Herrausen, dix-neuf ans plus tôt. Les mêmes services secrets sont-ils responsables de l’assassinat de J. Haider et d’A. Harrausen ? Haider, était un grand homme, qui n’avait rien à voir avec les « clochards de la politique » du Front National.] Le projet Herrausen repris par un économiste, Detlev Rohwedder, fut réduit à la seule Allemagne de l’Est.

Assigné à la privatisation des entreprises obsolètes de l’ex-RDA, à peine réunifiée à la République fédérale, Rohwedder s’opposa à la liquidation et au pillage de l’ancien empire communiste. Il élabora un plan de modernisation « équitable » fondé sur le transfert de la propriété aux travailleurs au détriment des privatisations. Mais, une de fois de plus, ce projet contrariait les visées hégémoniques des Rockefeller et de sa clique de vautours lucifériens.

Le 1er avril 1991, Rohwedder fut tué par un projectile standard Nato 7,65 tiré à une distance de 63 mètres. Le plan Herrausen conduisait à l’intégration réciproque de l’Allemagne, de la Russie et de l’Europe de l’Est dans un puissant bloc économique, riche en matières premières et en ressources humaines intellectuelles. Les États-Unis firent en sorte que cette intégration n’ait pas lieu.

Le directeur actuel de la Deutsche Bank, Anshu Jain incapable de parler allemand semble néanmoins convenir pour mener à bien cet effort de destruction du monde par le marché de l’armement. Cet Indien Jainista, détenteur d’un passeport britannique illustre bien la réalité d’internationalisation de la banque « allemande » et sa pleine adhésion à la globalisation financière.

D’ailleurs, en février 2014, Anshu Jain fut l’invité d’honneur au siège du musée hébraïque de New York par la communauté, qui le qualifia d’ami et reconnut l’avoir aidé à entrer à Wall Street lors de son arrivée à New York.

Extrait de Les crimes secrets de la Deutsche Bank, par Laurent Glauzy

Etats-Unis: de grandes banques ont soumis un « testament » aux autorités

Quatre banques, dont la française BNP Paribas, ont soumis un « testament » aux autorités américaines détaillant comment elles souhaitent être réorganisées ou démantelées en cas de faillite.

La banque centrale américaine (Fed) et un régulateur du secteur, la FDIC (compagnie fédérale d’assurance des dépôts bancaires) ont annoncé mardi dans un communiqué commun qu’ils entamaient l’examen de ces testaments.

Ils ont publié sur leur site Internet la partie publique des documents soumis qui, sans surprise, ne donne pas d’informations très détaillées sur les mesures envisagées.

Outre BNP Paribas, les banques ayant soumis un plan mardi sont l’américaine Wells Fargo et les britanniques Royal Bank of Scotland et HSBC.

Lire la suite