V. Brousseau, ex-économiste à la BCE, responsable national de l’UPR sur les questions monétaires et l’Euro

Voici les différentes conférences et interviews de Vincent Brousseau, ex-économiste à la Banque centrale européenne, responsable national de l’UPR en charge des questions monétaires et de l’Euro.

« Quinze ans à Francfort m’ont fait découvrir l’effrayante impasse de la construction européenne »


L’euro est-il irrévocable ?

Conférence enregistrée à Avignon le 21 mai 2014.

Lire la suite

Charles Sannat : « La BCE n’existe déjà plus, l’euro est déjà mort »

« Ce que je vais vous dire peut sembler très complexe, compliqué, voire même pour certains édifiant, pour ne pas dire « hallucinant », pourtant c’est la stricte vérité et les choses sont bien plus simples qu’elles n’y paraissent sous des terminologies confuses et des mots obscurs.

On peut résumer la situation actuelle de la manière suivante : la BCE n’existe plus de fait, et elle ne pourra jamais sauver l’euro. Maintenant expliquons et décryptons cette affirmation ensemble.

La BCE n’existe plus ! Elle a transféré une grosse partie au SEBC

Je cite ici ce que vous pouvez trouver sur le site de la BCE elle-même concernant son propre fonctionnement.

« La Banque centrale européenne

Le traité sur le fonctionnement de l’Union européenne et les statuts du Système européen de banques centrales et de la Banque centrale européenne constituent le fondement juridique de la politique monétaire unique. En vertu des statuts, la BCE et le Système européen de banques centrales (SEBC) ont été institués le 1er juin 1998. La BCE est placée au cœur de l’Eurosystème et du SEBC. Conjointement, la BCE et les banques centrales nationales accomplissent les missions qui leur ont été conférées. La BCE, en vertu du droit public international, est dotée de la personnalité juridique.

Le Système européen de banques centrales

Le SEBC est composé de la BCE et des banques centrales nationales (BCN) de tous les États membres de l’UE qu’ils aient ou non adopté l’euro.

L’Eurosystème

Il comprend la BCE et les BCN des pays ayant adopté l’euro. L’Eurosystème coexistera avec le SEBC tant qu’il y aura des États membres de l’UE ne faisant pas partie de la zone euro. »

Bien, maintenant que vous avez lu ces quelques lignes, retenez-les pour plus tard, nous y reviendrons.

Lire la suite

Ça y est: Bruxelles a sorti le texte pour LA SUPPRESSION DU LIQUIDE en 2018

Par Pierre Jovanovic (jovanovic.com) :

« LIVRE 777 EN ACTION : BRUXELLES A SORTI LE TEXTE POUR LA SUPPRESSION DU LIQUIDE EN… 2018 !
Grâce à notre lecteur Alexandre, j’ai été informé en milieu de semaine du texte que Bruxelles a sorti tard le soir (évidemment) afin d’OBLIGER TOUTE L’EUROPE A NE PLUS ACCEPTER L’ARGENT LIQUIDE (POUR 2018).

Vous avez là une partie de mon livre 777 dans lequel je citais le vice-président de VISA: « dans quelques années cela vous coûtera plus cher de payer en liquide que de payer avec votre carte de crédit« .

Eh bien, voilà, on y est, environ 8 ans après la sortie de 777, la suppression totale du liquide est en route pour tous les Européens!

Bien entendu, c’est à cause des terroristes islamiques (qui, pour le coup, ont bon dos)…

bruxelles-cash-2018 

J’ai lu le texte dans les détails, et je peux vous dire que PAS UN EUROPÉEN n’y a participé. Tout a été rédigé par des Américains avec le style juridique TYPIQUE des « american lawyers« . D’ailleurs l’ensemble du texte est à 100% américain, avec même des petites curiosités typiques nationales qui n’ont pas cours en Europe (comme ces gens n’ont jamais habité en Europe, ils ne peuvent pas le savoir).

Bravo la NSA et CIA, vous allez pouvoir contrôler et surveiller chaque citoyen au jour le jour, heure par heure et minute par minute en fonction de ses achats, vu qu’il ne pourra même pas payer un ticket de métro en liquide.

Et comme le précise le texte de saint Jean, en supprimant le compte bancaire lié à la carte Visa d’un citoyen, celui-ci sera « mis à mort socialement« , ne pouvant ni acheter, ni se déplacer ni payer quoi que ce soit.

C’est la mort de toutes nos libertés à laquelle vous assistez chers lecteurs, et une grande tristesse m’envahit en écrivant cette ligne.

C’est un système totalitaire absolu qui se met en place sous couvert de bons sentiments européens bidons, promu par les mêmes qui ont ouvert les frontières pour la grande invasion de barbares avec le masque humanitaire versant une larme.

Votre banquier verra où vous allez, ce que vous achetez chaque jour, quel restaurant, club vous fréquentez, à quel parti politique vous avez adhéré, etc., etc.

Regardez la « Une » ci-dessous du journal américain Veterans qui écrivait voici 6 mois:  » Le travail de la CIA au sein de l’Europe/Bruxelles est si facile, qu’il en est devenu ennuyeux « .

cia-veterans-2016

On veut bien croire Veterans Days. Les agents de la CIA à Bruxelles n’ont plus qu’à tenir la main de la très grande majorité des députés européens pour que l’usage de l’argent liquide soit progressivement interdit à partir de 2018.

Sachant que toutes les banques européennes sont plus ou moins en faillite (ET QU’UNE PARTIE DE LEURS ACTIONNAIRES SONT AMÉRICAINS) le fait d’empêcher 500 millions de citoyens de retirer de l’argent liquide PERMET AUSSI AUX BANQUES DE GARDER TOUTES VOS LIQUIDITÉS.

Je vous propose chers lecteurs de TÉLÉCHARGER LE PDF ICI (attention: il est en anglais uniquement) et de m’envoyer vos observations. Lisez bien chaque paragraphe, et vous verrez à quel point L’UNION EUROPÉENNE n’est que le visage officiel de la CIA et de la NSA au seul service des banques. »

Source : http://www.jovanovic.com/blog.htm

Les banques européennes vont mal, alors sournoisement, on prépare nos esprits à mettre la main au portefeuille

mario-draghi-Le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, a déclaré hier jeudi qu’un soutien public « pourrait » contribuer à résoudre le problème posé par le niveau élevé des créances douteuses dans le système bancaire dans la zone euro. Il s’exprimait lors de la conférence de presse organisée après la décision de la BCE de laisser inchangés ses taux d’intérêt et son programme d’achats d’obligations sur les marchés. Il a dit que la chute des cours de Bourse de certaines banques constituait un problème pour les autorités monétaires. Un problème? Si cette chute a été particulièrement forte pour les banques affichant un niveau élevé de créances douteuses, il ne va tout de même pas nous faire croire qu’il découvre une situation qu’un analyste comme Jean Pierre Chevallier dénonce chiffres à l’appui tous les jours! Il jette donc une première pierre.

Si vous tenez compte en plus que Mario Draghi tient ces propos  huit jours avant la publication des résultats des tests de résistance réalisés par l’Autorité bancaire européenne sur les 51 principales banques de l’Union, nous sommes en droit de nous dire que ces résultats ont toutes les chances d’être encore plus catastrophiques qu’attendu.

Que propose notre magicien « pilote d’hélicoptère »?

Comme d’habitude, il sait déjà exactement ce qu’il obtiendra des gouvernements -lavettes de la pseudo UE. Laissons lui la parole: « Les NPL sont assurément un problème important pour la rentabilité future et pour la capacité des banques à prêter. »  « Les réformes en cours dans le secteur bancaire pourraient inclure la création d’un marché spécifique pour les créances douteuses et un soutien public lorsque, dans des circonstances exceptionnelles, le marché des NPL ne fonctionne pas correctement« . « Bien sûr, nous voulons éviter des ventes en catastrophe«

A peine avait il fermer son micro, qu’immédiatement, les valeurs bancaires européennes sont parties à la hausse… Tu parles, ce n’est plus UN parachute, mais trois, plus un filet au cas où les parachutes ne fonctionneraient pas, et un matelas au cas où le filet crèverait.

Et bien NON! NON! NON! Qu’elles crèvent, les banques! En aucun cas le secteur bancaire doit être à l’abri de la faillite. En aucun cas les banques ne doivent avoir la garantie d’être sauvées si elles se sont mises en situation de danger. C’est le meilleur moyen pour les inciter à tous les excès.

Et le « soutien public », comment va-t-il se financer? Par l’endettement? Par la paupérisation de la population? Dans un cas comme dans l’autre, ce sont toujours, à plus ou moins longue échéance, les peuples qui morflent….

La nature a horreur du vide, si les banques explosent, elles seront remplacées. Ce message vaut pour l’ensemble de la classe politique française qui n’a toujours rien compris à l’économie et qui croit toujours que Keynes avait raison… Il avait tort et ses solutions ne servent à rien d’autre qu’à retarder l’échéance et à amplifier l’explosion.

Source : http://maviemonargent.info/draghi-prepare-les-esprits-a-un-sauvetage-des-banques/

Depuis 1er Janvier les épargnants pourront légalement être volés en cas de problème bancaire

Une directive européenne, qui [est entrée] en vigueur le 1er janvier 2016, contraindra les actionnaires et les créditeurs à mettre la main à la poche si une banque fait faillite. Jusqu’où nos dépôts bancaires peuvent-ils être mis à contribution ? Eléments de réponse avec Bertrand Chokrane, économiste, président de BC Consulting. Ecorama du 21 décembre, présenté par David Jacquot, sur Boursorama.

ponction bancaire 2016

Pour plus d’information, je vous conseille dans un premier temps d’aller lire l’article de Philippe Herlin Chercheur en finance et Membre de l’équipe éditoriale du site Goldbroker intitutlé: “Alerte: la directive BRRD, et donc la ponction des comptes bancaires, est désormais légale en France” puis de rentrer ensuite un peu plus en détail dans cette directive BRRD au travers de l’article suivant: “Philippe Herlin: La directive BRRD, l’arme de destruction massive de votre épargne”.

Pour finir, vous irez consulter un dernier article dans lequel vous verrez 9 experts dont Philippe Herlin lancer une alerte sur la préservation de votre épargne et croyez nous ou pas, vous verrez les choses autrement après…

Source: boursorama

 

Source : http://www.businessbourse.com/2015/12/21/bertrand-chokrane-ponctionner-les-comptes-bancaires-bientot-legal-en-france-2/

4 banques italiennes en faillite, les épargnants échappent de justesse à la ponction de leurs comptes, explications

Guichet-banquePendant ce temps …. Quatre nouvelles faillites de banques dans le cadre de l’Union européenne (ce ne sont pas les premières ni les dernières) sont passées sous silence dans les médias français afin de ne pas éveiller l’attention des épargnants sur la précarité de leurs comptes bancaires mis à mal par l’ordonnance française sur le redressement des banques passée en août dernier pour faire appliquer en cas de nécessité la Directive européenne sur le redressement des banques et la résolution de leurs défaillances » (BRRD).

La nouvelle du renflouement des quatre banques italiennes en faillite coïncide avec le recours contre six États membres devant la Cour de justice européenne pour non-transposition des règles de l’UE en matière de redressement et de résolution des banques.

Lire la suite

Crise bancaire : pour éviter la panique, USA et UE montent un scénario de fermeture rapide des banques en cas de faillites

usa-europe(Octobre 2014) Les autorités fiscales américaines ont expliqué à des représentants de l’UE comment fermer une banque en une seule nuit, si celle ci se retrouvait en faillite. Avant l’annonce des stress tests de la BCE, la nervosité augmente dans l’UE et dans les États membres : apparemment, la BCE estime que plusieurs banques pourraient ne pas survivre…  Les banques défaillantes devraient être reprises par des banques concurrentes, au risque de déclencher une panique bancaire [bank run].

Des représentants de l’UE et du FDIC simulent en secret le démantèlement rapide de banques en faillite. Lors de ces exercices, les représentants de l’UE apprennent comment fermer des banques ruinées en une seule nuit. Lors de la crise les USA ont été obligés de fermer près de 500 banques. Cette opération se compare à une opération commando, ou chaque seconde compte !!!

La BCE est actuellement en train de vérifier les bilans des grandes banques de la zone euro. Les résultats de ces test seront connus dimanche, mais des fuites indiquent déjà que plusieurs banques sont classées en danger.

Dès novembre, la BCE prendra en charge la supervision bancaire. A cet effet, un mécanisme unique de traitement est mis sur pied, qui comprend un procédé de fermeture de banques dans la zone euro.

Un aspect jusqu’ici négligé de la supervision est la pratique de la fermeture des banques : la banque en faillite peut être fermée du jour au lendemain. Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble a déclaré à l’occasion de la crise de Chypre que les dépôts bancaires sont une chose sensible , et que dans la mesure du possible, ces mesures-là devaient être prises le week-end.

L’Association globale des risques professionnels (GARP) rapporte que pour être au point le jour J, les représentants de l’UE et des USA se sont sérieusement entraînés ensemble. La responsable du GARP, Pamela Farwig a déclaré : «Si vous devez dire à quelqu’un que sa banque est fermée, cela doit être fait en un laps de temps très très court»! L’Union européenne a été formée en juin à la procédure de fermeture des banques, a rapporté Bloomberg. Les petites villes doivent être particulièrement bien surveillées, afin d’éviter toute panique générale. «Dans ce cas de figure, un nombre importants de véhicules inconnus pourraient semer le trouble dans ces localités», dit Farwig.

Suite à une demande à la Commission européenne, notre journal a été informé que l’UE et la FDIC travaillent régulièrement ensemble. Par conséquent, des réunions conjointes étaient organisées deux fois par an : une à Bruxelles et une à Washington. La réunion la plus récente a eu lieu en mai à Washington.

La coopération avec la FDIC prend la forme de courts détachements de fonctionnaires et de séminaires ad hoc, tels que ceux qui avaient été organisés à la fin de juin à Bruxelles.

Les 24 et 25 juin, la Commission a organisé un séminaire de deux jours avec des experts financiers et juridiques de la FDIC. A cette occasion, la FDIC a présenté son approche en mettant particulièrement l’accent sur le fait que la solution du problème concernait principalement les banques à risque systémique, nous a précisé la Commission européenne.

L’objectif était d’échanger les expériences entre les deux parties, en particulier dans le cadre du mécanisme unique de règlement bancaire (SRM – mécanisme unique de règlement) et du Conseil unique de réglement (fonds bancaire de crise).

A la fin de l’année, les ministres des Finances de la zone euro avaient adopté une résolution établissant qu’un nouveau comité de règlement (le soi-disant Conseil précité) devra prendre en charge la fermeture de banques zombies. Mais ce n’est pas tout.

Le monstre bureaucratique devant mettre ce plan à exécution en un week-end donne une bonne image des responsable européens, dit la députée européenne Sven Giegold.

Selon un communiqué de presse du Parlement européen pour s’assurer «que les déposants récupèrent leur argent beaucoup plus rapidement si leur banque fait faillite. Les pays de l’UE doivent également construire leurs propres systèmes financés par la Banque pour compenser les dépôts garantis des déposants (…) Le prétendu bail-in, qui a été décrit dans les deux lois pour faire face à la crise bancaire, dit que si une banque est en difficulté, il faut veiller à ce que les principaux bénéficiaires (les actionnaires et les détenteurs d’obligations) ont d’abord adhéré

Le cas du sauvetage du groupe bancaire portugais Banque Espirito Santo (BES) a montré que, même ici, on a respecté les contribuables européens. En fait, les banques en difficulté devraient être fermées (plus ici). Ce sujet a été débattu dans l’UE pendant longtemps. Mais, au Portugal, tout est redevenu à nouveau normal.

Dans le cas de la banque bulgare Corpbank, depuis des mois les clients ne peuvent plus avoir accès à leurs dépôts. Maintenant, la banque est sur le point de faire faillite après avoir obtenu la promesse, il y  a quelques semaines, d’une extension de la ligne de crédit de l’UE. Dans quelle mesure l’argent des contribuables européens pourrait être perdu dans une faillite, n’est actuellement pas encore clair.

Il n’est pas encore certain que la Bulgarie puisse réussir à survivre jusqu’à la mise en place du SRM. Auquel cas, les autres  états Européens et leur contribuables devront à nouveau rempiler !

Il y a quelques mois, il y a eu une panique bancaire sur la Corpbank. Le gouvernement bulgare avait alors affirmé que la banque était en bon état, et que ces paniques bancaires étaient le résultat d’activités criminelles sur Internet.

Quelques jours après, la banque de Bulgarie a annoncé son adhésion à l’union bancaire de l’UE. Les observateurs estiment que les risques importants peuvent découler d’une telle déclaration unilatérale de l’adhésion d’un pays et demandent qu’il y ait  un examen détaillé du secteur bancaire avant l’adhésion d’un pays à la Banque de l’Union.

Source News360x – Traduit par @Indiana23216, relu par jj pour le Saker Francophone
Article original publié par DEUTSCHE WIRTSCHAFTS NACHRICHTEN

 

Dîner du Cercle #5 – Union Européenne et création monétaire

Le média alternatif Le Cercle des Volontaires (assez proche d’Antibanque, de par leurs fondateurs et orientations), qui propose quotidiennement une retranscription alternative des informations, à contre-courant de la doxa médiatico-politique mondialiste, organise depuis 2015 les Dîners du Cercle, émission en format long qui propose de décortiquer, avec certains acteurs méconnus, des sujets de société. (liens hypertexte ajoutés)


diner du cercle monnaieLe cinquième numéro du Dîner du Cercle a été l’occasion d’évoquer deux thèmes distincts mais qui sont fortement liés dans l’actualité, l’Union Européenne et la création de la monnaie. Alors que les peuples d’Europe, au premier rang desquels les Grecs sur antibanque, sont confrontés à des mesures d’austérité et de dépossession de leurs biens publics, les questions concernant l’endettement des populations au sein de la machine européenne sont d’un intérêt essentiel: tout le monde a besoin de savoir d’où va venir le prochain repas de sa famille…

Le Cercle des Volontaires a donc eu le plaisir d’inviter quatre personnalités différentes pour en parler, et éclairer un peu ces sujets souvent rendus touffus et compliqués par les médias: Jacques Nikonoff, fondateur d’ATTAC et porte-parole du M’PEP, Jacques Myard, maire de Maisons-Laffite et député UMP pour nous parler de l’Union Européenne, et Gabriel Rabhi, écrivain et réalisateur ainsi que Gérard Foucher, également écrivain pour nous parler de la création monétaire.

L’Union Européenne est un projet vieux de plus de cinquante ans, qui était sensé garantir la paix et le développement d’une Europe en perte de vitesse après deux guerres sanglantes. Basée sur le partage de valeurs communes réunies dans une Charte, dans les faits elle a surtout servi à asseoir la puissance du « modèle occidental » en Europe de l’Ouest face au bloc soviétique, tandis que la décolonisation et l’essor de la société de consommation transformaient les vieilles nations européennes. Imaginé à Washington et inspiré à Robert Schumann par la diplomatie US, le projet européen a servi à asservir les peuples qui en sont membres aux velléités des cartels financiers qui, en contrôlant également la création de la monnaie à travers les banques commerciales créatrices de crédit, décident des orientations politiques et par extension sociétales des gouvernements et des peuples.

La création de monnaie est le système par défaut d’échanges économiques et d’investissements de l’humanité. Adossé à la confiance prêtée aux émetteurs de billets qui sont des reconnaissances de dette des banques et non des valeurs en elles-mêmes, les dettes accumulées par différents pays ne tiennent que par la confiance que les populations choisissent de garder envers les émetteurs de cette monnaie, décidant ainsi que les billets ont bel et bien la valeur qui est indiquée dessus.

Aussi bien qu’aux USA, la Réserve Fédérale, qui est le seul organisme habilité à y frapper monnaie, appartient à un groupe restreint de banques commerciales privées, en France l’État, pour se financer, est obligé de faire appel aux banques commerciales privées. Ce furent les banques US qui provoquèrent la crise des subprimes aux USA en accordant des crédits à des gens qui n’allaient pas pouvoir les honorer. Les secousses induites par cette négligence criminelle ont provoqué la chute de la banque Lehman Brothers, et envoyé le monde occidental dans une spirale de mesures d’austérité et de réductions de services publics qui mettent des nations entières aux abois, comme c’est le cas aujourd’hui en Grèce.

À chaque étape de ces processus, les banques ont toujours su tirer leur épingle du jeu et garder la main sur la nuque des décideurs politiques, dont elles sont les bailleurs de fonds et les sponsors. Elles ont réussi ce tour de force parce qu’à chaque étape de ces processus, les gens ont choisi de continuer à leur faire confiance… Peut-être est-il temps de reconsidérer la question, et de leur poser les bonnes questions en exigeant de leur part les bonnes réponses…?

Source : http://www.cercledesvolontaires.fr/2015/07/20/diner-cercle-5-union-europeenne-creation-monetaire/