France Conso Banque – La faillite bancaire (TVL, Politique & Eco N°68)

Rubrique vidéo Politique Et Economie de tvlibertes.com : « Abordant, avec une grande liberté de ton et sans aucune langue de bois, tous les problèmes économiques, le magazine Politique Eco est animé par deux iconoclastes Olivier Pichon et Jean-Christophe Mounicq. Indispensable pour comprendre les raisons cachées des crises économiques. L’émission est le lieu privilégié pour mettre à la disposition d’un large public tous les outils de compréhension des enjeux économiques, sociaux et politiques auxquels la France , l’Europe et le Monde sont confrontés. Analyses, conseils, échanges et confrontation des idées mais aussi revue de presse et entretiens sont au rendez-vous chaque semaine. »

http://www.franceconsobanque.fr France Conso Banque est l’Association Nationale de Défense des consommateurs de banque dédiée aux litiges bancaires et financiers.

4 banques italiennes en faillite, les épargnants échappent de justesse à la ponction de leurs comptes, explications

Guichet-banquePendant ce temps …. Quatre nouvelles faillites de banques dans le cadre de l’Union européenne (ce ne sont pas les premières ni les dernières) sont passées sous silence dans les médias français afin de ne pas éveiller l’attention des épargnants sur la précarité de leurs comptes bancaires mis à mal par l’ordonnance française sur le redressement des banques passée en août dernier pour faire appliquer en cas de nécessité la Directive européenne sur le redressement des banques et la résolution de leurs défaillances » (BRRD).

La nouvelle du renflouement des quatre banques italiennes en faillite coïncide avec le recours contre six États membres devant la Cour de justice européenne pour non-transposition des règles de l’UE en matière de redressement et de résolution des banques.

Lire la suite

Plusieurs banques européennes font faillite dans le silence des médias français


banque-en-faillite_med_hr

Bilan de ce début d’année 2015 :

PORTUGAL – BANCO ESPIRITO SANTO (EN FAILLITE)
AUTRICHE – HYPO ALPE ADRIA (EN FAILLITE)
ANDORRE – BANQUE PRIVE D’ANDORRE (EN DIFFICULTÉ)
ESPAGNE – BANCO MADRID (EN FAILLITE)
ALLEMAGNE – DUSSELHYP BANK (SAUVÉE PAR LA BDB)


 

« Les faillites bancaires sont des événements dramatiques pour les épargnants, et pourtant pas si rares si on regarde l’Histoire récente des faillites bancaires. Depuis 2000, pas moins de 543 banques ont fait faillite aux USA dont 140 pour la seule année 2009. En 2015, année ou tout va bien mieux (ironique), nous avons 5 banques en faillite en europe et 4 aux USA.

Plutôt que de vous donner mon avis personnel sur la situation des banques, exercice très risqué en ce moment compte-tenu du contexte, je vous propose une revue de presse qui vous permettra de vous faire une opinion de la situation réelle des banques, et plus particulièrement les banques européennes et françaises. Bien entendu, vous n’entendrez pas parler de faillites bancaires en France, et encore moins des risques de faillite car, c’est bien connu, nos médias français sont tous indépendants des grands groupes internationaux (c’est ironique bien sûr !). Heureusement, tous les médias ne sont pas muets, nous avons encore une partie de la presse écrite libre et ça mérite d’être souligné !

Plusieurs banques européennes font faillite !

Voici le contenu de la [revue de presse] que j’ai préparé pour vous

(Sources fiables uniquement) »

Portugal: les vies brisées des petits épargnants de BES (AFP)Portugal : les vies brisées des petits épargnants de Banco Espirito Santo [BOURSORAMA]
PORTUGAL– Tiens donc ! Et pas un mot dans les médias TV ! Le Portugal, ce n’est pas un pays du tiers monde tout de même, beaucoup de retraités français y passent leur retraite ! Pourtant, voici ce qu’on pouvait lire en juillet 2014 dans Le Monde :

La principale banque du Portugal dément tout risque de faillite [LE MONDE]
PORTUGAL- Bizarre, on pouvait pourtant y lire « Les épargnants peuvent être tranquilles » en caractères gras ! Le résultat est peut-être rassurant pour la BCE… mais pas pour les épargnants !

Le Portugal va recapitaliser la banque Banco Espirito Santo [LE MONDE]
PORTUGAL/FRANCE – 1 mois plus tard, on apprend que le Crédit agricole possède 14.6% du capital de la banque en question et que le « Crédit Agricole est en difficulté » ! Mais bien sûr nous sommes rassurés, car la BCE veille à la stabilité du système financier. A suivre donc…

Hypo-Alpe-Adria-Verkauf: Spekulation über ParteispendenAucune vidéo disponible en FrançaisL’Autriche menacée du défaut d’un de ses Länder [LA TRIBUNE]
AUTRICHEOn y apprend que la banque nationalisée Hypo Groupe Alpe Adria est en grande difficulté, et risque d’entraîner tout le secteur bancaire autrichien avec elle. Voici un autre article du monde qui vous explique le méli-mélo ! 2 petits articles en Français, mais ils ont le mérite d’exister.

L’Autriche cherche comment sortir du désastre de la banque Hypo Alpe Adria [LE MONDE]
AUTRICHE – La situation n’est donc pas très brillante en Autriche en 2015. Mais si c’était uniquement le secteur bancaire Autrichien qui était en difficulté :

https://www.youtube.com/watch?&v=jJbd1I87_GQDébut de panique bancaire en Andorre (6 médias)La 4e banque d’Andorre secouée par un scandale de blanchiment [BOURSORAMA]
ANDORREComme toujours, lorsqu’une banque est en difficulté, on va dire que c’est la mafia qui est en cause, rappelez-vous Chypre ! C’est plus simple pour tout le monde. Les épargnants vont tout perdre à cause de la mafia, qu’elle soit russe (Chypre) ou chinoise (Andorre). Je ne sais pas s’il y a une importante communauté chinoise en Andorre, mais elle a bon dos, surtout que l’info vient de New York. Çà ne vous rappelle pas une fameuse affaire Kerviel ?

Andorre menacée par une crise bancaire de grande ampleur [LA TRIBUNE]
ANDORRE –La Banque Privé d’Andorre est en difficulté et on apprend également que la banque centrale d’Espagne a pris le contrôle de la filiale espagnol de la BPA

duesselhypAucune vidéo disponible en Français

German rescue fund takes over Duesselhyp bank after Heta problems [REUTERS]
ALLEMAGNE Là, on se rapproche du cœur de l’Europe et bizarrement il est difficile de trouver un article en Français, encore moins une vidéo. Il s’agit d’une banque locale allemande DüesselHyp en difficulté  qui a été reprise par la fédération des banques privés allemande (BdB). Le lendemain, nouvelle dépêche de Reuters pour rassurer, l’équivalent de l’AFP :

UPDATE 2-Germany says DuesselHyp rescue is isolated case [REUTERS]
ALLEMAGNE –Alors, on est rassuré, pas la peine de prendre le temps d’écrire encore un article qui fait peur aux épargnants, le cas est « isolé ». Mais au fait ! Si les banques ne sont pas systémiques, pourquoi  tombent-elles les unes après les autres ? Bien entendu, les médias en France se sont empressés de relayer cette dépêche, mais pas toujours la précédente ! On appelle ça FILTER l’information ! Voici un article en allemand retraduit.

Düsselhyp , première victime de la banque autrichienne [LES ECHOS]
ALLEMAGNE –Finalement, on trouve 11 petites lignes dans les Echos ce matin. Rassurez-vous la banque est maintenant sauvée… On est rassuré. A suivre…


Banco Madrid, la filiale de la banque andorranne BPA, dépose son bilan (Euronews)Banco Madrid ne sera pas sauvée de la faillite [EURONEWS]
ESPAGNE L’Andorre, c’est un petit pays, mais l’Espagne, ça devient plus sérieux non ? Ouf, finalement tout va bien, Banco Madrid, c’est la filiale de la BPA, rappelez-vous, la banque accusée de blanchiment ! Résultat, on apprend dans cet article que finalement « le fonds de restructuration du secteur bancaire ne viendra pas au secours de Banco Madrid« . Par chance, la banque n’est pas systémique et on pourra rendre les dépôts des 15 000 clients de cette petite banque jusqu’à 100 000 euros. Pour ceux qui avaient plus, dommage, et bien fait pour la mafia ! En attendant, pour ceux qui ont leur garantie, retrait maximum de 2 500 euros par semaine… Si c’est garanti, alors pourquoi brider les retraits ? A suivre donc…

Une banque espagnole en faillite et taux négatifs en Europe [LE CONTRARIEN]
ESPAGNE –La BPA n’est pas une banque « systémique » selon l’article, on est donc rassuré. Mais attendez, une banque en Andorre tombe entrainant une filiale espagnole dans sa chute, ça répond à quelle dynamique, si ce n’est systémique ?

Attention, un vent de faillites bancaires souffle en Europe [GOLDBROKER]
GRECE Vous me direz « Oui mais Goldbroker vend de l’or » ! C’est vrai ! Mais c’est surtout un excellent site qui fait intervenir des experts internationaux du marché des métaux précieux et je vous invite à lire leurs articles, tout comme le Contrarien matin, car ce sont des éléments factuels que vous ne trouverez pas dans des journaux liés au monde de la finance. Notons que c’est un des seuls articles qui parle de ces faillites bancaires. Cet article nous révèle également que les banques grecques sont elles aussi en difficulté.

Vous ne trouverez cette info ni à la TV, ni dans les journaux financiers

Bon, je pourrai continuer comme ça toute la journée, les articles ne manquent pas et vous avez compris le principe, l’info est là (AFP et Reuters), mais vous ne trouverez cette info ni à la TV, ni dans les journaux financiers ! On optera certainement pour un petit oublie de leur part !

Bilan de ce début d’année 2015 :

PORTUGAL – BANCO ESPIRITO SANTO (EN FAILLITE)
AUTRICHE – HYPO ALPE ADRIA (EN FAILLITE)
ANDORRE – BANQUE PRIVE D’ANDORRE (EN DIFFICULTE)
ESPAGNE – BANCO MADRID (EN FAILLITE)
ALLEMAGNE – DUSSELHYP BANK (SAUVÉE PAR LA BDB)

Des fuites de capitaux hors d’Europe !

Maintenant voyons ce qui se passe en Europe. Voici 2 articles qui parlent de la fuite des capitaux hors de la zone euro :

L’euro victime d’une fuite de capitaux exceptionnelle [LES ECHOS]
FUITE DE CAPITAUX – Moi qui croyait que les investisseurs affluaient vers l’Europe après une chute de l’euro et une compétitivité retrouvée ! Et pourtant cet article fait la une des Echos. En tout cas c’est un article qui n’a pas vraiment circulé dans les médias mais qui fait l’objet d’un démenti en temps réel ou presque :

Fuite des capitaux hors de la zone euro : info ou intox ? [BOURSORAMA]
FUITE DE CAPITAUX – Info ou intox ! Finalement nous avons un expert « reconnu » (un journaliste quoi !) qui vient vite éteindre l’incendie. Ce journaliste vient vite contredire l’article des Echos (ci-dessus) en prenant soin de citer l’origine de l’incendie (technique classique) et nous dit que  « oui, mais non« , pour ensuite conclure par « L’alarme de la fuite des capitaux au second semestre 2014 pourrait avoir sonné pour rien« . Pas de commentaire, circulez, y a rien à voir ! Étonnant timing puisque les articles ont été écrit l’un après l’autre à quelques heures d’intervalle ! Certainement une pure coïncidence et un journaliste très très rapide et motivé, d’autant qu’il n’écrit qu’un ou 2 articles par an ! On regrettera simplement que ce ne soit pas écrit par un économiste reconnu !

En cas de crise, les banques pourront-elles prélever les dépôts !

Bien sûr, ce titre inquiète, mais surtout, ne vous inquiétez pas, tout va bien. Si Challenges a écrit cet article, c’est simplement pour se rendre intéressant (ironique) !

En cas de crise, les banques pourront prélever les dépôts des épargnants (Les représentants de l’Union européenne ont décidé de mettre à contribution les épargnants à partir de 2016.) [CHALLENGES]
BIG RESET DE VOTRE PATRIMOINE – Ça c’est ma meilleure, moi qui croyait que l’Europe est une institution qui n’est là que pour défendre l’intérêt des peuples européens ! Imaginez maintenant si on expliquait sur une chaîne de grande écoute, ce qu’est exactement la directive BRRD, celle qui sera appliquée en cas de faillite d’une banque en Europe. Voici quelques explications supplémentaires. Merci à Challenges pour son article !

Prenez le temps de bien lire, vous ne rêvez pas, maintenant, si une banque fait faillite, ce n’est plus l’état qui est en première ligne, mais vous !

Les actionnaires sont en première position, bien entendu, mais ils auront tout perdu de toute manière, et ensuite, ce sont les déposants qui seront mis à contribution. Mais bien sûr nous sommes rassurés par le fond de garantie des dépôts qui sauvera notre épargne. Problème, les banques françaises pourraient moins contribuer au fond de garantie des dépôts. Les banques européennes auraient-elles des problèmes de liquidités ?  C’est un peu comme si un assureur proposait à un assuré de réduire sa prime d’assurance alors que son risque augmente de manière très importante ! Vous avez bien compris, vous, épargnant, vous êtes maintenant en première ligne, il va falloir avoir un peu de chance pour choisir la bonne banque ! Sauf bien sûr si j’ai mal interprété la toute nouvelle directive et que mes confrères aussi, et que finalement cette directive n’est là que pour le bien du peuple européen dans son ensemble ! Ce n’est certainement rien, passons !

La chasse au cash lancée !

CONTRÔLE DES FLUX – Le sujet est un peu moins sensible mais tout aussi révélateur de l’état d’esprit des banques, pardon du gouvernement ! Avant, dans l’ancien temps, il n’y avait pas de banque, les salaires étaient versé en cash jusque dans les années 70. Le contrôle de la monnaie était fait par les pays et dans l’intérêt des peuples. Du chômage, on augmentait la masse monétaire !

Aujourd’hui, les banques ont pris toute la place avec un grand succès et les désordres financiers se succèdent. La nouvelle trouvaille a été de permettre aux banques de financer les états avec intérêts ! Là je dis BRAVO ! Donc maintenant, les banques contrôlent les états via les dettes, la politique via la BCE, et donc le peuple ! Plus rien n’est possible sans banque, sans système bancaire, sans système financier et sans une DETTE COLOSSALE ! Moi, entrepreneur, et vous salariés, nous travaillons de plus en plus chaque année pour payer LA DETTE… Ça ne vous fait pas penser à une méthode potentiellement mafieuse d’asservissement ça ? Tu as une dette, donc tu bosses pour moi jusqu’au remboursement, mais comme elle ne sera JAMAIS remboursée cette dette !!! NON, je m’égare. Le sujet de la construction Européenne et de la construction de la dette des pays par le système bancaire est bien trop vaste et polémique pour être traité ici, nous y reviendrons plus tard si vous le voulez bien.

Protégez votre épargne, il y a urgence !

« Le cash n’est pas un instrument de stockage de valeur efficace » Janet YELLENPreuve que votre épargne est en danger, Pour Janet YELLEN (Gouverneur de la FED), le cash n’est plus un instrument de stockage de la valeur efficace ! Rien moins que ça ! D’où l’intérêt de faire confiance à la banque.Dans un article qui date de quelques mois, je vous rappelais comment vous protéger d’un bank-run. Ce qui se passe aujourd’hui sur les paiements en liquide est du même ordre. C’est très étonnant d’ailleurs ces réductions de liberté, en particulier sur le paiement cash ! C’est « balo », les terroristes vont donc devoir faire… DES CHÈQUES maintenant ?!?

Le contrôle des paiements en liquide fait monter au créneau les commerçants [LE FIGARO]

La chasse au cash est lancée [LE PARISIEN]

CONTRÔLE DES FLUX – Plus sérieusement… En période de crise, les artisans, commerçants, indépendants, se protègent, protègent leur famille et ne déclarent pas toujours la totalité de leurs revenus (ça c’est pas bien !). Le « BLACK« , qui est souvent une soupape de sécurité pour les indépendant, est souvent utilisé par survivre dans les temps difficiles, même si un petit nombre dépasse les limites. En réduisant le seuil de paiement de 3 000 euros à 1 000 euros, l’objectif est triple :

Augmenter les recettes de l’état (charges sociales, TVA, impôts sur la société, impôts sur le revenus etc…)
Eviter les retraits trop importants de capitaux en cash (qui fragilise les banques)
Eviter que l’économie ne devienne grise comme en Espagne, en Italie ou en Grèce (il faudrait alors réduire nos dépenses)

De toute évidence, c’est un mauvais roman ou tout jute une blague de mauvais goût, car votre argent, celui que vous avez gagné, n’est quasi plus utilisable pour des paiements liquides ! bientôt il faudra une autorisation administrative pour faire un retrait en carte bleue de 500 euros. A quand l’interdiction du cash ? Si vous ne pouvez plus payer en cash, c’est simple, vous avez donc obligation de tout laisser dans la banque, ça tombe plutôt bien non ?!?

Petite parenthèse importante pour ceux qui ne connaissent pas le monde de l’entreprise côté entrepreneur ! Pourquoi croyez-vous que l’état et les banques imposent le paiement par carte bleue, en inventant des nouveaux type de paiement type MONEO, Paiement sans contact ??? Et maintenant pourquoi croyez-vous qu’un nombre de plus en plus important d’entreprises ferment !

Un seul coupable : LA CARTE BANCAIRE !

Cette soupape de sécurité que tous les artisans, commerçants et professions libérales avaient en cas de coup dûr, disparaît avec la généralisation du paiement par carte. Le client est captif de sa banque à 100% et l’artisan met la clef sous la porte s’il ne peut plus tenir. La réalité est aussi simple que ça, le « BLACK » sauve des entreprises, mais je me dois de rappeler que la loi l’interdit. Le billet dans la popoche c’est pas bien ! Il doit aller dans l’autre popoche, celle de l’état, puis des banquiers !  Vous y penserez à 2 fois avant de payer votre commerçant préféré en carte bleue. Notez qu’en Grèce, Italie, Espagne et une bonne partie de l’Europe, il n’y a presque pas de machine à carte, étonnant non ?

banquelyon

Dernier point, s’il est interdit de payer pour un montant supérieur à 1 000 euros en cash, alors aurez-vous le droit de retirer plus de 1 000 euros ? et si vous avez 100 000 euros, avez-vous le droit d’en disposer ?  Il vous faudra de toute manière justifier à la banque les raisons du retrait, un questionnaire très sympathique sous peine d’une déclaration à TRACFIN (Lutte anti-blanchiment) et de toute manière il faudrait venir tous les jours pendant 6 mois pour retirer ces 100 000 euros car il ne sera pas question pour la banque de vous laisser partir avec plus de 10 000 euros. Seulement, même les cartes bancaires premium sont plafonnées…. Voici pourquoi je vous conseille d’acheter de l’or et de l’argent physique pour protéger votre épargne (ce conseil n’est pas encore interdit alors j’en profite)

Je vous laisse seul juge !

Bien entendu, mon ton est volontairement provocateur pour une seule raison, vous faire réagir et prendre conscience que nous sommes en face que quelque-chose que nous ne maîtrisons plus !

Comme tout ces articles semblent sorti de l’imagination débordante de certains journalistes, je vous recommande donc, de ne surtout pas y prêter attention, de ne surtout rien faire pour alerter vos proches, de ne pas retirer votre argent sous forme de billet (après tout il va devenir de plus en plus difficile de payer cash, et puis ce n’est pas vraiment votre argent en fait !), de ne pas faire de transferts vers des comptes à l’étranger (je vous rappelle que les comptes à l’étranger sont autorisés s’ils sont déclarés), de ne surtout pas acheter de l’or et de l’argent physique, ça fait seulement 6 000 ans que c’est la monnaie ultime, mais rien ne prouve que ça sera le cas l’an prochain, et surtout je vous recommande de faire confiance à 100% à votre banque, c’est bien connu, les banques Françaises sont les plus solides au monde, la preuve, tous les stress test ont été passé avec succès !

Bref, je n’ai rien d’autre à ajouter, tous va bien mieux qu’en 2008… enfin presque…

Les 10 graphiques qui montrent que la situation aux USA est pire en 2015 qu’en 2008 !!
LES USA VONT PLUS MAL QU’IL NE LE PRÉTENDENT (Vous trouverez les éléments par vous même).

Dans cet article je ne parle que de la partie visible de l’iceberg, pour le reste, je n’ai pas de preuves évidentes, juste un réseau d’indices, mais une chose est certaine :

Quelque chose de TRÈS GROS est en train de se préparer !

Et si c’est une très grosse croissance pour la France avec une inversion de la courbe du chômage, alors tout va bien, je suis rassuré !

PS : J’attends vos commentaires constructifs, le sujet est important pour notre liberté à tous. Il ne s’agit pas d’être pessimiste, mais d’être réaliste et de préparer l’avenir au mieux pour n’avoir que des bonnes surprises. Si vous êtes témoin de prêt ou de loin de ce qui est en train d’advenir au secteur bancaire, nous sommes preneur. Bon j’ai le sentiment d’avoir été un peu loin ce soir alors je m’arrêt là pour aujourd’hui et je reprendrai un sujet beaucoup plus paisible : l’immobilier avec un lancement dans les tout prochain jours…

Le meilleur moyen de prédire le futur, c’est de l’inventer !
Note légale : Vous ne devriez jamais investir plus que vous ne pouvez vous permettre de perdre. Le lecteur reconnaît et accepte que toute utilisation des informations de cet article, sont sous sa responsabilité exclusive. Les informations données et les opinions formulées ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions. De ce fait, la responsabilité des Publications d’Indépendance Financière, de ses partenaires et de ses rédacteurs ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’investissement inopportun ou de conséquences suite à la publication de cet article. Nous conseillons à nos lecteurs de consulter, avant d’investir ou de désinvestir, un courtier ou conseiller en gestion de patrimoine indépendant agréé. Le plus grand soin a été apporté à la rédaction de cet article et si malgré cela, une erreur s’est glissé dans cet article, une information erronée, veuillez nous contacter. 
 

Un vent de faillites bancaires souffle en Europe

faillite-des-banquesNous parlions il y a deux semaines de la première application en Europe de la directive permettant la ponction des comptes bancaires, la « directive sur le redressement et la résolution des crises bancaires » (BRRD pour Bank Recovery and Resolution Directive). L’Autriche l’a mise en application pour Hypo Alpe Adria : après l’avoir nationalisée en 2009 et renfloué de 5,5 milliards d’euros, Vienne a décidé d’arrêter les frais en mettant la banque en liquidation. Mais cela se traduit par une perte sèche de 7,6 milliards d’euros pour les créanciers et, déjà, l’un d’entre eux a fait faillite : la banque allemande Düsseldorfer Hypotherkenbank, connue sous le nom de Düsselhyp.

Cette petite banque était très active sur le marché des Pfandbriefe (des obligations sécurisées très répandues en Allemagne), qui pèse 400 milliards d’euros. Pour éviter tout risque de déstabilisation, l’Association des banques privées (BdB) a décidé de prendre le contrôle de l’établissement en difficulté, via son fonds de sécurité des dépôts. L’incendie semble éteint, au moins pour le moment, mais notons juste en passant que le fonds de sécurité des dépôts a été sollicité alors que cette banque ne détient pas de comptes de particuliers… Ca sent la panique !

faillite-generaleAutre alerte dans le petit et discret pays d’Andorre : le Trésor américain a ouvert une enquête contre la Banque privée d’Andorre (BPA) accusée de blanchiment, avec la menace de ne plus pouvoir effectuer d’opérations aux Etats-Unis sous 60 jours. Aussitôt l’autorité régulatrice bancaire d’Andorre annonçait qu’elle prenait le contrôle de la BPA. Dans la foulée, on apprenait que sa filiale à 100%, la Banco Madrid, déposait son bilan ! Cette banque privée gère 6 milliards d’euros d’actifs et compte 15.000 clients en Espagne, privés et institutionnels, ayant au moins 500.000 euros sur leur compte… A priori tout est perdu pour eux, une catastrophe.

BPA a un bilan de 3,1 milliards d’euros, soit presque le PIB d’Andorre (3,5 milliards). Le secteur bancaire représente globalement 6 fois le PIB du petit pays des Pyrénées. Difficulté supplémentaire : Andorre utilise l’euro… mais ne fait pas partie de la zone euro et ne peut donc pas compter sur la BCE et ses facilités de financement. Seul le budget de l’Etat andorran peut secourir les banques, autrement dit la faillite bancaire et étatique menace, avec les répercussions qui vont avec. Mais gageons que François Hollande, coprince d’Andorre on le rappelle, saura trouver une solution.

banques-faillitesEnfin les banques grecques, elles, font de la cavalerie au bord du précipice : l’Etat se finance à en émettant des bons du Trésor à court terme, que les banques rachètent (elles n’ont pas le choix), et elles sont pour cela financées par le « mécanisme de fourniture de liquidité d’urgence » (ELA pour Emergency liquidity assistance) de la BCE. La Banque centrale européenne a ainsi plus de 60 milliards d’euros d’engagements envers ces banques de facto insolvables. Les déposants retirent leurs économies à grande vitesse, ils anticipent, eux, clairement la faillite. La chute est peut être pour bientôt, à moins que l’Europe refasse un énième plan de sauvetage…

Notons le silence des grands médias sur ces faillites bancaires en Autriche, Allemagne, Andorre, Espagne (avec à chaque fois un risque de contagion) et peut être en Grèce, mais c’est vrai, surtout n’effrayons pas l’épargnant européen !

Source : GoldBroker.fr tous droits réservés

La Bundesbank craint une faillite de la Zone euro
Début de panique bancaire en Andorre

Les choses s’accélèrent , après la Banca Privada d’Andorra proche de la failite, bank run en Andorre

bankrun1Les files d’attente n’en finissent pas devant les distributeurs de la Banca Privada d’Andorra. Les clients sont inquiets et en colère, ils veulent retirer leur argent et fermer leur compte. Mais la banque a limité les retraits à 2.500 euros par semaine. La BPA est au coeur d’un scandale depuis des accusations portées par le Trésor américain. L’un des dirigeants de la banque a été mis en examen et incarcéré, il est soupçonné de blanchiment d’argent et de lien avec la mafia chinoise.

Clients en colère

Le scandale a entraîné lundi un début de panique bancaire en Andorre, où la BPA est également gérée depuis le 10 mars par un trio de personnalités nommées par l’Institut national andorran des Finances (Inaf), le Trésor local, qui a destitué le conseil d’administration. Des clients en colère, désireux de retirer leur argent et de fermer leurs comptes, ont constitué lundi de longues files d’attente. Mais la banque a limité les retraits à 2 500 euros par personne, par compte et par semaine.

Dans ce contexte, les autorités andorranes sont montées au créneau pour rassurer sur la solvabilité de la principauté. Face à cette « situation extraordinaire », différentes actions ont été entreprises avec pour seul objectif de « préserver la place financière andorrane », a annoncé à la presse lundi le ministre des Finances Jordi Cinca. Il a lourdement insisté sur la solvabilité des quatre autres banques qui suivent tous les standards internat

D’autre part, La Bundesbank craint une faillite de la Zone euro : 

Des mesures doivent être prises pour être sûr que l’Union économique et monétaire (UEM) puisse tenir le choc d’une éventuelle faillite de l’un de ses membres, déclare la Bundesbank dans son rapport mensuel publié aujourd’hui.

« La crise financière et celle de la dette n’ont pas encore été surmontées », souligne la banque centrale allemande, réffirmant un nouvelle fois que les Etats pris individuellement et les investisseurs doivent endosser la responsabilité de leurs dettes. « Dans ce cadre, l’union monétaire doit être préparée pour être en mesure de résister au cas extrême de l’insolvabilité d’un Etat membre. »

La publication du rapport de la Bundesbank intervient le jour où Alexis Tsipras, le premier ministre grec, se rend à Berlin pour une première visite officielle en Allemagne depuis son accession au pouvoir.

La garantie d’épargne à 100.000 euros en cas de faillite n’existe pas ; le cas du Portugal

Actuellement, on vous explique que votre argent est bien à l’abri, que tout va s’arranger, que vous allez garder votre travail, que les zimpôts n’augmenteront plus ou encore, le plus cocasse, que la crôôassance va revenir…

Pourtant, les expressions « recul en bon ordre » ou « atterrissage en douceur » ne masqueront pas bien longtemps la cruelle réalité de la débâcle ou de l’effondrement économique en cours.

« Portugal : les vies brisées des petits épargnants de Banco Espirito Santo »

(…)

portugalVoici donc ce que vous raconte l’AFP et bien évidemment, à aucun moment cela ne pourrait se passer en France où l’on se contenterait de « reculer avec plaisir, joie et bonne humeur sous l’amicale pression des troupes Zallemandes forts sympathiques ».

« Agriculteurs, retraités ou chômeurs, ils ont fait confiance à leur banque et investi l’épargne de toute une vie. Aujourd’hui, ses anciens clients de Banco Espirito Santo (BES), dont la chute a fait trembler le secteur financier portugais, risquent de tout perdre… »

Tiens… comme ça, quand on dépose ses sous à la banque, on peut tout perdre ? À méditer pour tous ceux qui pensent que pour protéger ses sous… on doit les mettre à la banque !

« Battue par les vents, la plantation de laitues d’Albino Gomes, à Silveira, une bourgade au nord de Lisbonne, tombe en décrépitude, faute d’argent. « Ma conseillère bancaire m’a assuré que c’était un placement sans risque, à rendement garanti. Maintenant, je n’ai quasiment plus rien », dit-il… »

Un placement sans risque… c’est comme reculer avec plaisir, les enfants. Il n’y a aucun placement sans risque. Tout placement est risqué et les degrés de risque sont divers, de faible à très élevé… et les rendements sont de très bas à très haut… Plus ça rapporte, plus c’est risqué, mais même quand cela ne rapporte pas grand-chose cela peut tout de même être risqué.

« Je ne dors plus, j’y pense en permanence, confie l’exploitant, 73 ans, la voix étranglée par l’émotion.

Pour entretenir ses serres, le maraîcher, qui n’a qu’une maigre retraite de 410 euros par mois, a besoin d’un emprunt. Ironie du sort, il compte faire la requête auprès de Novo Banco, né des décombres de Banco Espirito Santo… »

Pour être sûr de bien dormir, il faut payer ses impôts… (je sais, cela fait racolage pour Bercy mais c’est quand même vrai) sinon vous allez vivre ailleurs (comme Gégé Depardieu et sans doute dormirez-vous mieux). Ensuite, il ne faut jamais, jamais, mais jamais mettre tous ses œufs dans le même panier… Je sais, vous vous dites « je suis au courant »… Maintenant, faites vos comptes et regardez le nombre de paniers que vous avez… Alors ? Hein ? Oui parce que votre plus gros panier c’est votre banquier, avec un PEL, un CEL, un livret A, un contrat d’assurance vie… On a vite fait de se laisser avoir avec un panier unique… C’est tellement plus simple, facile et rapide, n’est-ce pas ?

« L’histoire commence le 3 août, le jour où l’État portugais sauve de la faillite Banco Espirito Santo, en y injectant 3,9 milliards d’euros, montant auquel les banques ajoutent un milliard. Les actifs jugés sains sont regroupés au sein de Novo Banco.

Les petits porteurs sont les premiers à se voir appliquer le nouveau système de sauvetage des banques adopté par l’Union européenne. Idée principale : faire payer les actionnaires et créanciers non prioritaires, pour éviter aux contribuables de mettre la main à la poche.

Ils ont tous investi entre 50 000 et 100 000 euros, parfois plus, à des taux d’intérêt oscillant entre 3 et 4 %. Le placement d’Albino Gomes est arrivé à échéance le 31 octobre. Depuis, pas de nouvelles. Son extrait de compte bancaire reste désespérément vide, tout a été remis à zéro.

La garantie de remboursement par l’État de 100 000 euros, valable pour des comptes bancaires en Europe, ne joue pas dans son cas, car il a investi dans un produit financier à haut risque. »

La garantie des dépôts européenne ne fonctionne pas pour les produits financiers à haut risque !

Ha… vous étiez au courant vous ? Moi pas… Naïvement, je pensais que l’on ne pouvait pas techniquement se faire tarter en dessous de 100 000 euros… En réalité, si… Même en dessous de 100 000, cela ne s’applique pas. Et c’est quoi un produit financier risqué ? Franchement, je n’en sais rien. Personne ne sait, et je n’ai vu aucun texte définissant tout cela… il va falloir creuser mes amis.

« Cobayes des règles européennes »

Là encore, ce n’est pas moi qui le dis mais l’AFP… « Ce changement de ton brutal a plongé dans le désespoir des milliers d’épargnants : « l’angoisse est très forte, ils survivent à coup d’antidépresseurs. Leur bête noire, c’est leur conseiller qui les a dupés, et ils ne reculeront devant rien », assure Mario Gomes, fils de l’agriculteur de Silveira… »

Hahahaha t’inquiète pas Mario Gomes, la qualité de ton recul devant rien sera sans doute aussi brillante que le recul des troupes françaises en juin 1940.

Alors mes chers amis, retenez simplement des mésaventures de tous les Mario du Portugal que les États n’ont plus d’argent… Ils ne pourront donc pas renflouer les banques en faillite. Vous allez donc perdre votre argent. Il faut donc répartir votre patrimoine, débancariser au maximum, couvrir le cash en banque par des actifs tangibles et non, et 100 fois non, il n’y a pas de reprise et les banques ne sont pas solides. C’est tout le système économique mondial qui est d’une extrême fragilité. Ne l’oubliez jamais.

Il est déjà trop tard, préparez-vous.

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK)

 

Source : http://www.lecontrarien.com/lafp-vous-explique-comment-vous-allez-etre-ruine-24-03-2015-edito

En cas de faillite bancaire, il y aura bien un hold up sur les comptes des épargnants

Les banksters ont tout prévu ! Et afin d’éviter le bank run, la taxation
sur les dépôts sera déclarée un vendredi en fin d’après-midi pendant
que la majorité des gens sont en vacances.

« Nous avons expliqué, notamment dans ce texte,
comment l’Union européenne souhaite régler les cas de faillites
bancaires à l’avenir : en faisant un hold-up sur les comptes de plus de
100.000 euros (et en fait également sur ceux d’un montant inférieur car ça ne suffira pas, mais cela on ne le dit pas).


ChypreEnfin, plus précisément : la directive prévoit qu’en cas de faillite
d’une banque, les pertes seront d’abord épongées par les propriétaires
et les actionnaires, suivis des créanciers « juniors » et « seniors » puis,
en troisième rang, les déposants au-dessus de 100.000 euros. Le procédé a
été testé à Chypre, il est désormais parfaitement opérationnel.


Mais ces créanciers, les détenteurs d’obligations bancaires, viennent de
trouver le moyen de contourner cette règle et d’éviter le couperet de
la restructuration qui leur ferait perdre la totalité de leurs avoirs.
Comment ?

Lire la suite