Deux ans de prison avec sursis requis contre Pérol en appel (Banque Populaire-Caisse d’Epargne)

« Ce monsieur n’est personne d’autre que l’ancien secrétaire général adjoint de l’Élysée, sous Nicolas Sarközy, aujourd’hui reconverti en bankster respectable à la tête de la BPCE ; à part ça, tout va bien dans le meilleur des mondes. »


« Le parquet général a requis jeudi la condamnation à deux ans de prison avec sursis et 30.000 euros d’amende de François Pérol, président du directoire de BPCE, poursuivi en appel pour prise illégale d’intérêts lors de sa nomination à la tête du groupe.

Il a également demandé que soit prononcée à l’encontre de l’ancien secrétaire général adjoint de l’Elysée de Nicolas Sarkozy une interdiction définitive d’exercer toute fonction publique, comme le parquet financier l’avait requis en première instance.

Lire la suite

Le procès du faucheur de chaises devient celui de l’évasion fiscale

jon-palais-au-tribunal-de-dax-landesPoursuivi par la BNP Paribas pour un « vol en réunion » dans une de ses succursales, le militant Jon Palais a été épargné par le procureur, qui demande sa relaxe.

Jon Palais avait le sourire en sortant du palais de justice de Dax, dans les Landes, lundi 9 janvier en milieu d’après-midi. Poursuivi par la BNP Paribas pour avoir revendiqué un « fauchage » de chaises dans l’une de ses succursales, le 19 octobre 2015, à Paris, le militant de Bizi !, une organisation basque créée en 2009 sur les questions climatiques et sociales, pouvait se vanter d’être passé du statut d’accusé à celui de pourfendeur de « l’évasion fiscale » dont la banque serait coupable.

Sans préjuger de la décision du tribunal, qui sera rendue le 23 janvier, Jon Palais, 37 ans, ne devrait pas être condamné à cinq ans de prison et 75 000 euros, la peine maximale encourue pour le « vol en réunion » pour lequel il était mis en examen. La présidente Florence Bouvier, comme le procureur, Jean-Luc Puyo, se sont en effet montrés attentifs à la cause défendue par le militant et les quelque 1 500 soutiens actifs qui l’ont accompagné tout au long de la journée.

Lire la suite

Usure : Vingt commerçants mayennais voient rouge contre leur banque, l’APLOMB s’en mêle

Des commerçants mayennais estiment que leur banque leur fait payer des frais illégaux. L’un d’eux va assigner sa banque en justice. L’association l’Aplomb monte au front.

En Mayenne, un vent de fronde commence à souffler chez certains commerçants. Une vingtaine d’entre eux, soutenus par l’association pour la légalité des opérations et mouvements bancaires, l’Aplomb (Laval) estime que leur banque – la même pour tous les commerçants – leur fait payer, depuis des années, des frais illégaux : l’usure.

L’un de ces commerçants, le Lavallois, Stéphane Hubert, gérant d’un magasin de café, va assigner sa banque en justice. « J’estime qu’en l’espace de cinq ans, ma banque m’a volé 8 300 € », assure-t-il.

« Toutes les banques pratiquent l’usure », assure Gérard Faure-Kapper, président de l’Aplomb. Des courriers, rédigés par l’avocate en droit bancaire avec laquelle travaille l’Aplomb, ont été envoyés à la banque de ces commerçants.

Interrogée sur le sujet, la banque mise en cause estime que les découverts de ses clients « entraînent une gestion particulière » de leurs comptes, ce qui « impose aux agences bancaires une intervention et une surveillance du compte ».

L’association l’Aplomb et les commerçants de la Mayenne qu’elle soutient ne l’entendent pas du tout de cette oreille…
Source : http://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/laval-53000/usure-vingt-commercants-mayennais-voient-rouge-contre-leur-banque-3997849

« C’EST PARTI, L’OFFENSIVE CONTRE LES BANQUE EST GENERALISEE SUR TOUT LE FRONT.

APRES UNE LONGUE ET MINUTIEUSE PREPARATION, LA JUSTICE, TRES SENSIBILISEE SUR LA QUESTION, DONNERA RAISON AU CLIENT.
PARCE QUE L’APLOMB PRESENTE DES FAITS ET DES PREUVES.
ET LES BANQUES REPONDENT PAR DE VAGUES HYPOTHESES JURIDIQUES.
 
A LAVAL ET EN MAYENNE, PLUS RIEN NE NOUS ARRETERA. »

Depuis 1er Janvier les épargnants pourront légalement être volés en cas de problème bancaire

Une directive européenne, qui [est entrée] en vigueur le 1er janvier 2016, contraindra les actionnaires et les créditeurs à mettre la main à la poche si une banque fait faillite. Jusqu’où nos dépôts bancaires peuvent-ils être mis à contribution ? Eléments de réponse avec Bertrand Chokrane, économiste, président de BC Consulting. Ecorama du 21 décembre, présenté par David Jacquot, sur Boursorama.

ponction bancaire 2016

Pour plus d’information, je vous conseille dans un premier temps d’aller lire l’article de Philippe Herlin Chercheur en finance et Membre de l’équipe éditoriale du site Goldbroker intitutlé: “Alerte: la directive BRRD, et donc la ponction des comptes bancaires, est désormais légale en France” puis de rentrer ensuite un peu plus en détail dans cette directive BRRD au travers de l’article suivant: “Philippe Herlin: La directive BRRD, l’arme de destruction massive de votre épargne”.

Pour finir, vous irez consulter un dernier article dans lequel vous verrez 9 experts dont Philippe Herlin lancer une alerte sur la préservation de votre épargne et croyez nous ou pas, vous verrez les choses autrement après…

Source: boursorama

 

Source : http://www.businessbourse.com/2015/12/21/bertrand-chokrane-ponctionner-les-comptes-bancaires-bientot-legal-en-france-2/

Frais bancaires ruineux et abusifs : appel de l’APLOMB à l’AFUB pour une unité d’action afin de les éradiquer

Capture« Depuis quelques jours, une information se répand sur les réseaux: les nouveaux frais tarifiés par les banques dès 2016, environ 2.5 € par mois !

L’association AFUB décide de saisir les autorités de la concurrence sur le fait que les banques s’accordent sur cette tarification.

L’article est repris par la presse notamment 20 minutes, Nouvel Obs, Les Echos, M.planet…  Un courrier type est même présenté afin de demander à sa banque l’annulation de ces frais.

A l’APLOMB, cela nous a fait bondir ! Oui bondir.

Pourquoi : Lire la suite

France Conso Banque – La faillite bancaire (TVL, Politique & Eco N°68)

Rubrique vidéo Politique Et Economie de tvlibertes.com : « Abordant, avec une grande liberté de ton et sans aucune langue de bois, tous les problèmes économiques, le magazine Politique Eco est animé par deux iconoclastes Olivier Pichon et Jean-Christophe Mounicq. Indispensable pour comprendre les raisons cachées des crises économiques. L’émission est le lieu privilégié pour mettre à la disposition d’un large public tous les outils de compréhension des enjeux économiques, sociaux et politiques auxquels la France , l’Europe et le Monde sont confrontés. Analyses, conseils, échanges et confrontation des idées mais aussi revue de presse et entretiens sont au rendez-vous chaque semaine. »

http://www.franceconsobanque.fr France Conso Banque est l’Association Nationale de Défense des consommateurs de banque dédiée aux litiges bancaires et financiers.

La Dette, chronique d’une gangrène – Documentaire

Un doc récent à prendre avec des pincettes, puisqu’il met en scène des vendus au grand capital. De plus, le réalisateur arrive à dire, dans un entretien (voir plus bas) :

cette dette de presque 100 % est à la fois grave et pas si importante que ça.

 

La dette, chronique d’une gangrène 1974-1992

En 1974, ce fut la dernière fois que le budget de la France fut à l’équilibre. En quarante ans, la situation financière du pays s’est considérablement dégradée. Cette première partie retrace l’évolution de la dette de l’Etat français de 1974 à 1992, à la signature du traité de Maastrich, et tente de comprendre ce qui a pu se passer tant au niveau national qu’au niveau européen. Pour la première fois, les « acteurs de la dette » s’expliquent. De Valéry Giscard d’Estaing à François Fillon, en passant par Edouard Balladur, ils reviennent sur les faits et tentent d’apporter des solutions pour sortir de cette impasse.

La dette, chronique d’une gangrène 1992-2015

« Retour sur l’histoire de la dette nationale avec les témoignages inédits de ceux qui ont été en charge des finances du pays entre 1992 et 2015.
Alain Juppé, Pierre Moscovici, Jean-Pierre Raffarin, Jean-Claude Trichet ou encore Eric Woerth, ministre du Budget entre 2007 et 2010 apportent leur éclairage sur l’évolution de l’endettement de l’Etat, qui atteint aujourd’hui presque 100% du PIB.
Quels mécanismes ont abouti à cette augmentation ? De quelle manière le déficit pèse-t-il sur la démocratie ?
Des économistes spécialisés dans les finances publiques mettent en perspective les enjeux liés à la dette. »

 

La directive BRRD (donc le vol légitimé des comptes bancaires) est désormais légale en France

vol-amateursLa Commission européenne a annoncé jeudi dernier qu’elle allait poursuivre, devant la Cour européenne de justice, six pays européens qui n’ont pas encore transposé dans leur droit national la « Directive sur le redressement des banques et la résolution de leurs défaillances » (BRRD pour Bank Recovery and Resolution Directive). Rappelons que cette directive « BRRD », permet, lorsqu’une banque fait faillite, de solliciter les actionnaires (rien de plus normal), ensuite les détenteurs d’obligations émises par la banque (normal également) et, si cela ne suffit pas – voici l’innovation déterminante de cette directive – de ponctionner les comptes des clients, ce qui n’est rien d’autre qu’un vol légal, une remise en cause du droit de propriété, un véritable scandale. Normalement seuls les comptes de plus de 100.000 euros peuvent servir au renflouement, mais cette garantie s’avère illusoire et tous les épargnants seront évidemment touchés comme nous l’expliquions récemment.

Ces six pays sont la République tchèque, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Pologne, la Roumanie et la Suède. Tiens, il n’y a pas la France ! Effectivement, nous l’avions laissé passer, cette transposition a déjà eu lieu, mais pas devant l’Assemblée nationale et le Sénat, ce qui lui aurait assurée une publicité bienvenue pour le citoyen-épargnant, et aussi très gênante pour le lobby bancaire et le pouvoir. Non, cela s’est simplement passé via une discrète ordonnance prise en catimini au cœur des vacances d’été, le 20 août.

Chacun doit désormais le savoir, si votre banque fait faillite, elle aura légalement le droit de se renflouer en puisant dans vos comptes, que ce soit en France ou très bientôt dans la totalité des pays européens.

On ne peut d’ailleurs manquer de s’interroger sur l’empressement de la Commission européenne à faire adopter cette directive et à pourchasser les derniers retardataires, « il est extrêmement important que ces règles soient en place dans tous les États membres » explique-t-elle dans un communiqué. Les poursuites devant la Cour européenne de justice ne sont tout de même pas si fréquentes, et bien d’autres directives accumulent des retards dans tel ou tel pays. Des personnes bien informées, à Bruxelles, craindraient-elles une prochaine crise financière et bancaire ?

L’épargnant doit, lui, se préoccuper au plus vite de la solidité financière de sa banque, même si cette information s’avère difficile à obtenir, et plus fondamentalement il doit s’interroger sur la justification à placer toutes ses économies sur des comptes bancaires. Il s’agit, plus que jamais, d’un comportement risqué. Il existe des alternatives, au premier rang desquelles l’or physique stocké en dehors du circuit bancaire, les lecteurs de GoldBroker le savent bien. Quoi qu’il en soit, en cas de crise bancaire, les épargnants seront en première ligne et ils subiront de lourdes pertes, le tout dans la plus parfaite légalité.

GoldBroker.fr tous droits réservés

https://www.goldbroker.fr/actualites/alerte-directive-brrd-ponction-comptes-bancaires-desormais-legale-france-869