Bank of America explique comment les banques centrales ont truqué et manipulé le marché

 banksters-antibanque (17)Zero Hedge :

Ça venait souvent des «théoriciens du complot » –  qui alléguaient que les banques centrales ont manipulé, truqué ou rompu le « Marché efficace » . 

Ce n’est plus le cas.

Comme nous l’avons montré précédemment, maintenant même les grandes banques l’admettent.

Cependant, étant donné que pour une raison inconnue, les médias mainstreams n’ont pas encore assimilé ce concept qui exonère la foule de sa bêtise et se moque du «marché haussier» des 7 dernières années, tout en posant des questions très troublantes au sujet de comment tout se termine, là encore c’est Bank of America qui explique non seulement comment « les banques centrales ont  injustement gonflés des prix des actifs avec le « marché conscient que le prix du risque n’était pas correct », mais pourquoi le plus grand risque pour le système financier est une «perte de confiance dans ces institutions omnipotentes »

Et la cerise sur le gâteau vient de JP Morgan qui déclare « Mission accomplie – Le QE (planche à billet) fait grimper les valorisations des actions »

Lire la suite

Publicités

La mafia bancaire

komrad-usure-banksters(…) « Il convient de porter à l’attention des lecteurs les identités des banques qui constituent une véritable mafia mondiale qui a étendu son pouvoir sur les gouvernements et les citoyens. Il faut également rendre compte de leurs agissements par le menu. Il n’est pas inutile non plus de souligner l’historique et la genèse de ce phénomène relativement récent mais omniprésent dans notre vie présente et future. La pourriture et la décomposition avancée de notre société occidentale, qui en inquiète tant, sont directement liées à l’existence de cette mafia et à ses agissements concertés.

Cette organisation de fait, interconnectée, a réussi à pervertir la démocratie et en a fait un otage de ses intérêts privés. Elle est composée de 28 banques internationales qu’il convient de nommer :

Lire la suite

Blythe Masters de Pierre Jovanovic

BlytheMasters« Tout ce que je vous avais annoncé sur l’avenir de Blythe s’est passé, plus vite même que je ne l’avais envisagé. Dans cette vidéo, je montre comment les destins, aussi lointains soient-ils dans le temps, finissent par se croiser… comme celui de Louis XIV et d’André Le Nôtre. Son jardin est un pur joyau, s’offrant aux yeux de toutes les générations présentes et futures. Au moins, la dette gérée par Colbert a vraiment servi à quelque chose… mieux: elle a été transformée en une merveille du monde. Blythe Masters, elle, ne nous léguera que le Grand Crash grâce aux équations du coeur brisé. Et aussi puissante et riche soit-elle, la reine des banquiers ne laissera pas de parc à son nom, ni de château majestueux, juste un océan d’amertume sur lequel flottent déjà des « coeurs brisés » par millions… »

Pierre Jovanovic présente les livres de la maison d’édition Le Jardin des livres. Journaliste économique, il présente beaucoup de livres (et en écrit) sur l’or, la finance et les banques.

Lire la suite

La guerre entre les banques juives et protestantes de Sylvie Bailly

La guerre entre les banques juives et protestantesA l’origine de la crise financière

Bailly Sylvie

Résumé: Depuis le XIXe siècle, les institutions bancaires dominent la planète. Cette réalité historique reste, aujourd’hui encore, d’une brûlante actualité.

Ce que l’on sait moins, en revanche, et que ce livre nous fait découvrir, c’est que l’une des causes majeures de la crise que nous traversons réside dans la guerre impitoyable qu’elles se livrent aux Etats-Unis. Sylvie Bailly nous entraîne dans une fantastique enquête journalistique.

Elle nous dévoile un univers insolite. Avec elle, nous entrons dans les banques pour apprendre leurs pratiques les plus secrètes, connaître leurs dirigeants, démasquer ceux qui les contrôlent. Nous découvrirons leurs relais dans le monde politique, leur implication au plus haut niveau dans le mode de fonctionnement de l’Etat.

L’auteur met encore en évidence que les luttes économiques reposent sur un fond de rivalité éthique et religieuse entre banques protestantes et juives. Ainsi en témoigne le lâchage de la banque juive Lehman Brothers par Henry Paulson, Secrétaire d’Etat au Trésor au moment de la crise mais Président, jusqu’en 2006, de la protestante* Goldman Sachs. Un livre clair et passionnant qui se lit comme un thriller financier qui se termine par une citation du PDG de Goldman-Sachs qui fait froid dans le dos : « Il faut bien que quelqu’un fasse le travail de Dieu ».
* Goldman Sachs est une banque juive, ce texte de présentation des Editions Jourdan est erroné, ndlr.

Lire la suite

Le coup d’éponge bancaire, ou l’art de la dissimulation

Des banques furtives : c’est ainsi, à l’image des engins volants du même nom qui coûtent les yeux de la tête, que l’on devrait appeler les banques américaines, tant elles passent leur temps à se déguiser en modèle de probité pour dissimuler leur côté sombre. Des Dark Vador bancaires (*), ce n’est pas ce qui manque, vu l’immensité de leur empire d’escrocs. Et quand l’une tombe, le gouvernement américain vient à sa rescousse, ce qui est plutôt surprenant dans ce temple du libéralisme, pour donner un large coup d’éponge sur ses méfaits. Ce qui vient de se passer pour JP Morgan n’est que l’épiphénomène d’une pratique fort courante, dont il convient de rappeler quelques exemples, et surtout un, qui démontre à quel point banques et mafias diverses sont liés. Aux Etats-Unis, on ne gère pas des comptes ; on blanchit, et à tour de bras !

darth-vader_bank-4cc17Il est vrai que l’on a atteint un record en ce 20 novembre ; lorsqu’on a appris la nouvelle comme quoi JPMorgan Chase devrait payer 13 milliards de dollars -9,6 milliards d’euros- à l’Etat US en échange de l’abandon des poursuites contre elle. Aux states, on le sait, tout se termine par un (gros) chèque (ailleurs aussi, comme avec Rupert Murdoch quand il divorce  !). Amende record, donc, et aussitôt les médias de faire bien sûr des comparaisons, en rappelant l’une des plus importantes selon eux : « jamais une entreprise américaine n’a dû payer aussi cher des agissements malhonnêtes. Même BP n’avait pas versé autant dans l’affaire de l’explosion de la plateforme Deepwater Horizon en 2010 (4, 5 milliards de dollars). En acceptant hier de payer la somme collossale de 13 milliards de dollars la banque JP Morgan Chase espère néanmoins tourner la page sur une période sombre de l’histoire de la finance, » écrit le Figaro, en oubliant un autre paiement effectué à la sauvette… et très souvent ignoré depuis, car beaucoup moins glorieux à expliquer sans aucun doute… les banquiers ayant l’art de dissimuler les dossiers qui les embarrassent, en suisse comme aux USA. Parler de l’amende pour la plateforme de pétrole, ça évite en effet de parler… de la coke. Car une autre banque avait déjà payé une amende record, en 2008, et cette banque américaine s’appelait Wachovia. Et son problème, à elle, c’etait bien la cocaïne… et non la destruction de l’environnement !

cessna_mauritanie-2-d9fe4Bakchich nous l’avait en effet rappelé de façon très claire : « Le 17 mars (2008) en effet, Wachovia Bank, l’un des leaders américains de la profession (qui a fusionné avec Wells Fargo en avril, ceci expliquant peut être cela) a accepté sans protester, de casquer 110 millions de dollars gagnés malhonnêtement, majorés d’une amende spécifique de 50 millions de dollars. Un montant supposé représenter une partie du produit du trafic de drogue blanchi grâce aux services bancaires qu’elle a imprudemment prodigués à une palanquée de bureaux de change mexicains, les fameuses «  casas de cambio » (CDC). L’amende, en réalité semblait surtout disproportionnée, au regard des sommes colossales ayant servi à masquer les revenus de la drogue, précisait le journal. « C’est vrai qu’ils ont fait fort chez Wachovia ; l’accord « amiable » évoqué plus haut fait état de sommes qui défient l’entendement : du 1er mai 2004 au 31 mai 2007, ce sont près de 373 milliards de dollars qui ont été virés par les Casas de Cambio sur les comptes ouverts à leurs noms chez Wachovia, sans parler des 4 milliards de dollars que les Mexicains ont déposés en espèces au guichet des agences de la banque. Une partie non négligeable des dites sommes a été utilisée pour acheter des avions (nota ; à gauche celui saisi en Mauritanie) à Nouadhibou le 2 mai 2007) dans lesquels ont été ultérieurement saisies plus de 20 tonnes de cocaïne… » 378, 5 millards de fonds illicites !!! « C’est la plus grande violation de la Bank Secrecy Act, une loi anti-blanchiment d’argent, aux États-Unis histoire – une somme égale à un tiers du le produit intérieur brut courant du Mexique… » avait dit le spécialiste Mike Shedlock. Un autre record, comme les vingt tonnes de coke transportées !!!

Source & suite: http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-coup-d-eponge-bancaire-ou-l-art-144003

Libor : des poursuites contre 13 banques, dont la Société générale

liborUn régulateur du secteur financier américain a annoncé, lundi 23 septembre au soir, qu’il attaquait en justice treize banques internationales, dont JPMorgan Chase, Barclays PLC, la française Société générale et les suisses UBS et Credit suisse, qu’il accuse de manipulation du London Interbank Offered Rate (Libor), un taux d’intérêt à très court terme appliqué aux prêts que les banques se font entre elles.

Source & suite: Libor : des poursuites contre 13 banques, dont la Société générale – WikiStrike.com.

JPMorgan veut réduire ses interactions avec les banques étrangères

La banque américaine JP Morgan Chase veut réduire ses interactions avec certaines banques étrangères afin de réduire les risques auxquels elle est exposée et de renforcer ses contrôles internes, écrit le Wall Street Journal vendredi.

Lire sur JPMorgan veut réduire ses interactions avec les banques étrangères – 7SUR7.be.