Délits et crimes financiers : pourquoi les banquiers ne vont jamais en prison

arton3873-a33fcDe nombreux délits ont été commis ces dernières années par des banques et leurs dirigeants – escroquerie, blanchiment d’argent, organisation de la fraude fiscale, délits d’initiés ou manipulations, notamment. Pourtant aucune banque n’a perdu sa licence ou n’a été démantelée par décision de justice. A quelques rares exceptions, aucun banquier n’a été condamné à une peine de prison. Les banques seraient-elles au-dessus des lois ? Les banques seraient désormais « trop grandes pour être condamnées » : les inculper auraient des répercussions trop importantes pour l’économie. Explications.

On connaît la maxime : « Trop grandes pour faire faillite » (« Too Big To Fail »). La manière dont les gouvernants ont géré la crise provoquée par les banques débouche sur une nouvelle doctrine, qui peut être résumée par : « Trop grandes pour être condamnées ». Ou « Trop grandes pour être emprisonnées », si on traduit littéralement le nouvel adage qui fait florès aux États-Unis et au Royaume-Uni, « Too Big to Jail » [1]. En effet, alors que le gouvernement des États-Unis a laissé la banque Lehman Brothers faire faillite en septembre 2008, aucune banque n’a été fermée, ne s’est vu retirer la licence bancaire, n’a été démantelée par décision de justice. Aucun dirigeant de banque n’a été condamné à une peine de prison.

too-big-to-jail

L’unique exception dans le monde occidental concerne l’Islande où la justice a condamné à des peines de prison ferme trois dirigeants de banque. Larus Welding, principal dirigeant de la banque Glitnir, qui a fait faillite en 2008 quand elle était encore la troisième banque du pays, a été condamné fin décembre 2012 à neuf mois de prison. Sigurdur Einarsson et Hreidar Mar Sigurdsson les deux principaux dirigeants de la banque Kauphing [2] ont été condamnés respectivement à cinq ans et cinq ans et demi de prison en décembre 2013 (sur le sujet, lire l’enquête de Basta ! Comment jeter les banquiers voyous en prison, en dix leçons).

Pourtant, la justice des États-Unis et d’Europe est confrontée à de très graves délits commis par les plus grandes banques :

(A lire sur BASTAMAG: http://www.bastamag.net/Delits-et-crimes-financiers)

La guerre entre les banques juives et protestantes de Sylvie Bailly

La guerre entre les banques juives et protestantesA l’origine de la crise financière

Bailly Sylvie

Résumé: Depuis le XIXe siècle, les institutions bancaires dominent la planète. Cette réalité historique reste, aujourd’hui encore, d’une brûlante actualité.

Ce que l’on sait moins, en revanche, et que ce livre nous fait découvrir, c’est que l’une des causes majeures de la crise que nous traversons réside dans la guerre impitoyable qu’elles se livrent aux Etats-Unis. Sylvie Bailly nous entraîne dans une fantastique enquête journalistique.

Elle nous dévoile un univers insolite. Avec elle, nous entrons dans les banques pour apprendre leurs pratiques les plus secrètes, connaître leurs dirigeants, démasquer ceux qui les contrôlent. Nous découvrirons leurs relais dans le monde politique, leur implication au plus haut niveau dans le mode de fonctionnement de l’Etat.

L’auteur met encore en évidence que les luttes économiques reposent sur un fond de rivalité éthique et religieuse entre banques protestantes et juives. Ainsi en témoigne le lâchage de la banque juive Lehman Brothers par Henry Paulson, Secrétaire d’Etat au Trésor au moment de la crise mais Président, jusqu’en 2006, de la protestante* Goldman Sachs. Un livre clair et passionnant qui se lit comme un thriller financier qui se termine par une citation du PDG de Goldman-Sachs qui fait froid dans le dos : « Il faut bien que quelqu’un fasse le travail de Dieu ».
* Goldman Sachs est une banque juive, ce texte de présentation des Editions Jourdan est erroné, ndlr.

Lire la suite

KRACH Les dessous de la crise économique mondiale

KRACH, les dessous de la crise économique mondiale (2h17) trace un portrait approfondi de la première véritable crise économique à l’échelle mondiale. On nous amène dans les coulisses des plus hautes sphères du pouvoir politique et de la finance où le degré de tension et de trahison est à son comble, alors que le monde s’approche dangereusement d’une autre Grande Dépression. La série raconte aussi l’histoire de victimes. En Californie, des propriétaires désespérés perdent leur maison; en Ontario, des travailleurs de l’industrie automobile perdent tout espoir, et en France, des ouvriers en colère choquent le monde en séquestrant leurs patrons. Des trillions de dollars ont été dépensés pour sauver le système financier et relancer l’économie. Mais la reprise reste fragile. Plusieurs craignent une récession à double creux.

Episode 1 : La série nous transporte dans les coulisses de la finance mondiale, où un redoutable mélange d’excès, de négligence et de criminalité a infecté le système financier et a semé les germes de la catastrophe à venir.

Episode 2 : À New York, la faillite de la banque Lehman Brothers provoque une panique sans précédent dans les milieux politique et financier. Derrière les portes closes, les leaders de la planète tentent de sauver l’économie mondiale et de contenir la contagion.

Episode 3 : Les effets du Krach se font rapidement sentir, et personne n’y échappe. Au Canada, des entreprises et des usines ferment leurs portes. En France, des employés en colère kidnappent leurs patrons. Aux États-Unis, des milliers de familles sont jetées à la rue. En Islande, le gouvernement tombe. Partout dans le monde, la colère gronde.

Ces banques qui tirent les ficelles du « Nouvel Ordre Mondial » en cours d’instauration

banksters2013Suite à la lecture de la Démosophie*, beaucoup de gens me demandent les noms des familles qui dirigent le monde au dessus des états. Ils ont maintenant entendu parler du Club Bilderberg, de la Trilatérale ou des Illuminatis, mais aimeraient les noms de ces quelques dizaines de familles qui, à elles seules, contrôlent tous ces organismes et supervisent ainsi non seulement tous les gouvernements, mais aussi tous les organismes internationaux (ONU, OTAaN, FMI, Banque Mondiale, etc.).

Fritz Springmeier a voulu répondre à cette question en prenant pour hypothèse que les familles les plus puissantes du monde sont à la tête des Illuminatis et des Franc-maçons. Il a publié un ouvrage extrèmement documenté sur ces réseaux secrets et les principaux dirigeants des sectes sataniques en offrant une douzaine de noms des hommes les plus riches de la planète qui seraient ceux qui contrôlent le monde en restant dans l’ombre, et ce, depuis bien plus longtemps qu’on ne l’imagine.

Fritz Springmeier a été emprisonné pour une dizaine d’années. Par chance, il se trouve en prison dans le pays le plus démocratique du monde: les USA. Ce qui lui permet d’avoir droit à la visite d’une personne (une seule: sa femme) d’une heure tous les deux ans…

Le système qu’eux mêmes choisirent (en faisant les lois) pour se cacher et pouvoir diriger en restant dans l’ombre et en usant de multiples relations familiales fait que les noms qui apparaissent sont beaucoup plus nombreux que seulement douze. Par exemple, si l’on sait que ceux qui mènent réellement les Etats-Unis sont des gens comme Kissinger, ou actuellement (mandat de Georges Bush junior) Cheney, Rumsfeld ou Wolfowitz, ils ne font pas partie de ces familles, ils n’en sont que les émissaires (larbins de luxe). Ainsi, il est très difficile de savoir QUI sont les vrais donneurs d’ordre. Ce que l’on sait, c’est qu’ils sont tous banquiers, que leur fortune remonte à plusieurs centaines d’années, et que s’ils sont associés dans le même but de devenir les « maîtres du monde », ils n’hésitent pas à se faire la guerre entre eux, comme ces charognards toujours prêts à se retourner contre leur propre congénères au moindre signe de faiblesse.

Voyons donc qui tire toutes les ficelles de ce « Nouvel Ordre Mondial » en cours d’instauration.

Lire la suite

Les 10 plus grands actionnaires de la Réserve « Fédérale »

La Réserve Fédérale Américaine (qui n’a rien de fédérale) est sous l’influence de ses 10 plus grands actionnaires :

fed_dees

  • N.M Rothschild de Londres
  • Rotshschild Bank de Berlin
  • la banque Warburg de Hambourg
  • la banque Warburg d’Amsterdam
  • Lehman’s Brothers de New York
  • Lazard Brothers de Paris
  • la banque Kuhn Loeb de New York
  • la banque Israel Moses Seif de Rome
  • Goldman Sachs de New York
  • JP Morgan Chase de New York

Mais pas seulement. Il est important de rappeler que les 4 individus qui possèdent le plus d’actions à titre individuel sont William Rockefeller, Paul Warburg, Jacob Schiff et James Stillman.

Île de Jehkyll

Une Poignée de banksters khasars ashkénazes complotent en 1910 sur l’Île de Jekyll

La « Federal » Reserve

La Réserve fédérale (en Anglais « Federal Reserve » ou « FED »). Voulue et complotée à l’île de Jekyll en 1910. Cette réserve « fédérale » n’appartient en réalité pas au peuple; c’est un cartel banquaire privé qui renfore la puissance de Wall Street au fil de l’usure pratiquée sur les nations