Manipulations monétaires (Des pions sur l’Échiquier)

En intégralité, le 6ème chapitre du livre de William Guy Carr, « Des pions sur l’échiquier » (p.140 à 149, Edition ESR).


CHAPITRE VI – MANIPULATIONS MONÉTAIRES

des_pions_sur_l_echiquierLorsque les Rothschild obtinrent le contrôle de la Banque d’Angleterre à la suite du spectaculaire «Assassinat» financier commis par Nathan en 1815, lui et ses associés insistèrent pour que l’Or devint la seule base d’émission de papier-monnaie. En 1870, les Banquiers Européens durent faire face à un petit ennui dans leur système de contrôle : en Amérique on utilisait un nombre considérable de pièces en Argent. Les Banquiers Européens décidèrent que l’on devait démonétiser l’Argent aux États-Unis. A cette époque, l’Angleterre avait beaucoup d’Or et très peu d’Argent ; l’Amérique avait beaucoup d’Argent et très peu d’Or [1].

  1. Ce fut pour aggraver cette situation que les agents des conspirateurs internationaux en Amérique constituèrent les «gangs» de dévaliseurs de diligences, et de trains, afin d’intercepter les chargements d’or envoyés des différentes mines au Trésor des États-Unis. Cette association des Banquiers Internationaux avec «I’Underworld» (Monde souterrain) existe encore de nos jours (n.d.a.).

Les Banquiers des deux côtés de l’Atlantique savaient que tant qu’il y aurait cette différence entre l’or et l’argent, ils ne pourraient obtenir le contrôle absolu de l’économie de la nation, car le contrôle absolu est essentiel au succès d’une manipulation à grande échelle. Les Banquiers Internationaux Européens envoyèrent Ernest Seyd en Amérique et mirent à sa disposition $500.000 dans les Banques Américaines pour corrompre les membres-clés de la législature américaine.

En 1873, à l’instigation des Banquiers, certains agents soumirent un «Projet de Loi» qualifié innocemment de «Projet pour réformer la frappe de la monnaie et les lois sur la monnaie». Il était intelligemment rédigé et de nombreuses pages de cet écrit dissimulaient le véritable dessein du Projet. Le sénateur John Sherman, dont nous avons cité la lettre adressée à la Maison Rothschild, appuya seul ce projet de loi. Sherman était soutenu par le congressiste Samuel Hooper. Le sénateur Shermann donna une explication très plausible mais trompeuse du dessein du Projet qui fut adopté à l’unanimité.

Lire la suite

Publicités