La banque islamique arrive en Russie

banque islamiqueLe chef de Sberbank Guerman Gref a déclaré qu’il travaille activement sur le développement de la finance islamique en Russie. «Nous allons fortement contribuer au développement de cet instrument» – dit-il. Selon lui, il a déjà tenu une série de réunions au Tatarstan avec des investisseurs arabes. «Vu les problèmes d’engagement sur les marchés internationaux c’est une histoire très importante», a-t-il souligné.

Tatarstan est une région clé où la banque islamique se développe activement. Les investisseurs des pays du Golfe sont prêts à investir massivement dans le développement de ce système financier «alternatif» en Russie, compte tenu de la demande importante de la part de la population musulmane.

La banque islamique

141307.320xpDans l’islam, l’activité usuraire impliquant l’obtention d’un revenu d’intérêt est inacceptable. Les transactions commerciales reposent sur un commerce ou une entreprise réelle et ne doivent pas être liées avec les affaires proscrites dans la charia, telles que les jeux de hasard ou l’alcool.

La finance islamique est apparue comme un phénomène moderne dans les années 1960 en Egypte. En fait, c’étaient les caisses d’assistance mutuelle, qui utilisaient pour partie le modèle des institutions similaires en Allemagne.

A cette époque il est apparu également un fonds d’épargne en Malaisie, destiné à accumuler des fonds pour le pèlerinage.

Par la suite les banques islamiques ont connu un développement dans les Emirats Arabes Unis, où en 1975 a été fondée Dubai Islamic Bank.

Ces institutions financières opèrent principalement en Malaisie et au Moyen-Orient, mais aussi sont répandues à Londres. Les investissements islamiques en Grande-Bretagne ont augmenté de 150% au cours des sept dernières années, avec un volume de £1,3 trillions en 2014.

Le gouvernement du Royaume-Uni a même annoncé son intention d’émettre des obligations islamiques.

Certaines institutions financières fonctionnant selon les principes de la finance islamique existent également en Russie.

Selon Samir Tagiyev, directeur du développement des affaires dans la CEI et en Europe de la Société Islamique pour le développement du secteur privé, la croissance rapide de la «population musulmane» en Russie contribue au fait que, dans les années à venir, on s’attend à une forte augmentation de la demande pour les outils de la finance islamique.

Et il est à noter que la «finance islamique» a les mêmes outils que le système financier habituel, mais contrairement à la «base de pourcentage» il est construit sur le fait que le pourcentage en relations avec le crédit est remplacé par l’octroi de la part dans les affaires, et donc du profit. La banque partage avec son emprunteur tous les risques. Ainsi, le financement par crédit dans le cadre de la finance islamique porte exclusivement un caractère ciblé.

Maintenant il est nécessaire de développer un cadre juridique qui permettra d’intégrer la banque islamique dans le système financier de la Russie. Selon les estimations des experts, si cela se fait, non seulement en Russie, mais aussi dans les pays de l’Asie centrale, dès 2018 le volume des actifs financiers islamiques pourrait atteindre 24 milliards de dollars.

Les instruments des banques islamiques

Lire la suite

Publicités

I.O.R. La Banque De Dieu

IOR

http://vk.com/video_ext.php?oid=238572182&id=168064910&hash=69d569216eee3d7b

Le 11 février 2013, un véritable séisme secoue le Vatican avant d’ébranler le reste du monde. A 20 h, alors que la foudre s’abat sur la coupole de la basilique Saint-Pierre, Benoit XVI annonce qu’il renonce à son pontificat. Dans les couloirs du Saint-Siège, bien à l’abri d’oreilles indiscrètes , on évoque un complot. La plupart des vaticanistes et des observateurs , sont convaincus que le pape a été forcé de démissionner.

Un mois plus tard, le nouveau pape François , à peine élu, surprend à son tour le Vatican en prenant une étrange et incroyable décision : il refuse catégoriquement de s’installer dans les appartements pontificaux, comme l’impose l’usage et comme l’ont fait ses prédécesseurs . Il espère ainsi se protéger des intrigues d’un puissant ennemi auquel il a décidé de s’attaquer dès son arrivée. Celui-là même qui aurait eu raison de Benoît XVI et dont la curie évite même de prononcer le nom : I.O.R, l’Institut pour les Œuvres de Religion.

Depuis sa création, cette banque est accusée de finances truquées, de blanchiment d’argent sale, de collusion avec la mafia et de bien d’autres malversations. Réputée pour sa gestion opaque, elle a pris le pouvoir sur l’immense fortune de l’Eglise au point qu’on la surnomme « La Banque de Dieu ».

I.O.R. La Banque De Dieu
LCP-Assemblée nationale / One Planet
France, par Eduardo Febbro
Année : 2013

http://preuves-par-images.fr/#/i-o-r-la-banque-de-dieu

777 La chute du Vatican et de Wall Street selon saint Jean

7773D777 commenté (&) par Pierre Jovanovic: Le 29 septembre 2008, l’index du Dow Jones s’était effondré de 777,7 points, plongeant le monde entier dans la consternation et déclenchant aussitôt une crise économique mondiale, pire que celle de 1929.

Par simple curiosité, Pierre Jovanovic a rapproché le 777 de Wall Street du 777 donné par l’Ange dans l’Apocalypse de saint Jean. Et ce qu’il a trouvé dépasse l’entendement : le texte de saint Jean, qui a presque 2000 ans, annoncerait en réalité la chute du Vatican en même temps qu’une période de confusion totale, due à une… banqueroute universelle ! Lire la suite

La guerre entre les banques juives et protestantes de Sylvie Bailly

La guerre entre les banques juives et protestantesA l’origine de la crise financière

Bailly Sylvie

Résumé: Depuis le XIXe siècle, les institutions bancaires dominent la planète. Cette réalité historique reste, aujourd’hui encore, d’une brûlante actualité.

Ce que l’on sait moins, en revanche, et que ce livre nous fait découvrir, c’est que l’une des causes majeures de la crise que nous traversons réside dans la guerre impitoyable qu’elles se livrent aux Etats-Unis. Sylvie Bailly nous entraîne dans une fantastique enquête journalistique.

Elle nous dévoile un univers insolite. Avec elle, nous entrons dans les banques pour apprendre leurs pratiques les plus secrètes, connaître leurs dirigeants, démasquer ceux qui les contrôlent. Nous découvrirons leurs relais dans le monde politique, leur implication au plus haut niveau dans le mode de fonctionnement de l’Etat.

L’auteur met encore en évidence que les luttes économiques reposent sur un fond de rivalité éthique et religieuse entre banques protestantes et juives. Ainsi en témoigne le lâchage de la banque juive Lehman Brothers par Henry Paulson, Secrétaire d’Etat au Trésor au moment de la crise mais Président, jusqu’en 2006, de la protestante* Goldman Sachs. Un livre clair et passionnant qui se lit comme un thriller financier qui se termine par une citation du PDG de Goldman-Sachs qui fait froid dans le dos : « Il faut bien que quelqu’un fasse le travail de Dieu ».
* Goldman Sachs est une banque juive, ce texte de présentation des Editions Jourdan est erroné, ndlr.

Lire la suite